PARTAGER

«Assemblée bi ñu bëgg» sera présente lors des Législatives du 30 juillet. Mise sur pied hier par la Plateforme «Avenir senegaal bi ñu bëgg» et ses alliés, cette coalition qui qualifie de «faillite» la Législature sortante ne va cependant présenter que 5 listes départementales sur 45.

Pour le nom de sa coalition aux Législatives du 30 juillet, la Plateforme Avenir senegaal bi ñu bëgg ne s’est pas cassée la tête. Contexte oblige, Mame Adama Guèye et ses camarades ont, avec des alliés, mis sur pied la coalition Assemblée bi ñu bëgg. Au-delà, cette coalition est également constituée d’organisations politiques, de mouvements citoyens et associations de la Société civile. Il s’agit du Mouvement citoyen pour le développement du Sénégal (Mcds), le Mouvement national des artisans ainsi que des partis politiques comme le Mouvement pour le rassemblement démocratique et le progrès (Mrdp) et l’Union pour le développement et la paix (Udp). Cette coalition, lancée hier, veut «corriger les iniquités sociales et renforcer le processus de démocratisation du Sénégal». Selon Cheikh Tidiane Dièye, directeur de campagne de la coalition, l’heure est venue de «reformer cette Assemblée qui a failli à sa mission».
Il s’explique : «On ne peut pas accepter que seule une proposition de loi ait prospéré pendant 5 ans. On doit rompre avec cette Assemblée à la solde de l’Exécutif et qui n’effectue aucun contrôle sur les dépenses publiques. On veut un autre type de député.» A ce titre, la liste nationale de Assemblée bi ñu bëgg sera conduite par Moha­med Sall Sao, expert international en administration et en finance publique. Il est suivi de la gynécologue Dr Rose Wardini. Il faut souligner que Me Mame Adama Guèye est absent de cette liste qui compte 110 candidats (60 titulaires et 50 suppléants). La coalition ne va présenter que 5 listes départementales sur les 45 que compte le Sénégal. Il s’agit de Thiès où la liste sera dirigée par l’enseignante Fatou Diome, à Bambey avec Modou Ndiaye, conseiller municipal à Dangalma, à Mbacké avec comme tête de liste Mamadou Diagne, opérateur économique, à Gossas avec Makhtar Sarr, doctorant en sociologie, et à Ziguinchor avec Alpha Dia, major de l’Armée à la retraite. «On veut des départements clés pour faire une sorte de test grandeur nature sur notre action. Nous avons refusé de tomber dans le remplissage. On veut faire la politique autrement», justifie M. Dièye.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here