PARTAGER

Après Manko taxawu senegaal, la coalition de Baldé, Gadio et Cie, c’est au tour de Ousmane Sonko et Abdoul Mbaye de se liguer contre Macky Sall et Benno bokk yaakaar. Jeudi prochain, les leaders de Pastef/Les patriotes et de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) vont lancer leur coalition. Mais en attendant, le nom n’est pas connu. «Composée de 6 autres partis et mouvements politiques, Macky Sall et son entourage vont faire face à cette nouvelle coalition qui compte protéger la démocratie sénégalaise», indi­que un communiqué. Ces ex-membre de Manko wattu senegaal se disent engagés à travailler «main dans la main» pour «restaurer et défendre les acquis démocratiques, veiller au respect de la Constitution, des lois de la République, des principes et règles de la bonne gouvernance». Sonko et Mbaye entendent proposer une «nouvelle offre politique» aux Sénégalais après avoir mené le «même combat sur le scandale du pétrole».
«Nous pensons que nous ne pouvons pas répéter tout le temps les mêmes erreurs. C’est-à-dire à chaque fois, les gens se retrouvent en disant que la situation est tellement grave qu’il faut laisser de côté toutes nos divergences et faire front pour enlever celui qui est là, sans base programmatique, sans âme, et chacun ayant son propre agenda. Et quand on parvient à enlever celui-là, peut-être il y avait un embusqué qui était le mieux préparé et qui avait fait un meilleur travail sur le terrain, qui s’accapare du pouvoir pour reprendre le même système. On ne peut pas continuer comme ça», avait déclaré Ousmane Sonko lors d’une tournée à Pire. Abdoul Mbaye non plus n’y croyait pas. «Je ne crois pas à cette liste unique de l’opposition pour deux raisons. Manko n’était pas une coalition, mais un Front de défense qui a été mis en œuvre. (…) Il faut, au Sénégal, qu’on prenne l’habitude de ne pas tous se mettre ensemble parce qu’il faut chasser quelqu’un ou chasser une autre coalition pour ensuite constater l’échec de cette coalition. Il ne faut pas se leurrer. A chaque fois, il y a ensuite un leadership qui s’est distingué, des membres de la coalition qui, par confort de se retrouver dans certaines situations, sont restés. Mais les coalitions, elles-mêmes, ont éclaté ou réussi à faire éclater les partis membres de cette coalition…», argumentait-il.
C’est donc deux hommes qui, même s’ils se sont alliés avec le Pds, Rewmi et autres, se démarquent des «politiciens professionnels».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here