PARTAGER

«En Tb» est la nouvelle Stratégie mondiale pour mettre fin  à la tuberculose au Sénégal d’ici 2035. Procédant à son lancement officiel lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Dr Awa Marie Coll Seck estime que cette nouvelle démarche vise à intensifier le combat contre l’épidémie en mettant à contribution les communautés et les autres secteurs pour arriver à réduire de 95% le nombre de décès lié à cette maladie. «Nous avons 90% de succès dans le traitement de la tuberculose. Il faudra encore plus. A chaque fois qu’on reçoit des félicitations, cela devrait nous pousser à redoubler notre engagement et notre détermination», estime Mme Seck, en présence de la Coordonnatrice nationale du Programme national de lutte contre la tuberculose, Dr Marie Diouf Sarr et des responsables du Plan international, de l’Oms, du Congad et du directeur général de la Santé, Dr Pape Amadou Diack.
Le ministre de la Santé souligne que cette nouvelle stratégie mondiale est transversale «en ce sens qu’elle fera intervenir plusieurs secteurs et mettra en exergue l’approche communautaire, qui est le seul moyen pour faire changer les comportements au niveau des populations». Promettant un renforcement des financements des organisations communautaires de base qui se sont toutes engagées à éradiquer cette maladie, Mme Awa Marie Coll Seck avance que la stratégie vise à promouvoir la prévention de la tuberculose par une approche plurifactorielle susceptible d’infléchir l’épidémie. Ce jour-là, on a noté la présence de plusieurs associations de femmes et ainsi que celle du président du Réseau des anciens malades, Mamadou Mbaye. Ce dernier s’est confié à l’assistance pour raconter sa douloureuse expérience. Manque de bol, c’est en remplaçant son collègue préposé au laboratoire en congé que M. Mbaye dit avoir chopé la bacille de Koch. Alors qu’il servait l’hôpital de Ourosogui. Convaincu qu’il allait s’en relever, M. Mbaye est arrivé à guérir au bout d’un an. Frustré par la situation de certains malades victimes de stigmatisation à l’hôpital Roi Baudouin de Gué­diawaye, il a senti le besoin de créer le Réseau des anciens malades de la tuberculose qu’il dirige désormais.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here