PARTAGER

Dans le cadre de son programme de Responsabilité sociétale d’entreprise Ecobank Sénégal a doté le Lycée Ngalandou Diouf de Mermoz et le Cem Manguier de salles informatiques avec toute la logistique nécessaire, afin de permettre aux élèves de disposer de nouvelles technologies à des fins pédagogiques.

Ecobank Sénégal promeut les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) dans le système éducatif. Dans le cadre de son programme de Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) appelée Ecobank day, cette filiale du Groupe Ecobank au Sénégal a installé  des salles informatiques avec toute la logistique nécessaire au Lycée Ngalandou Diouf et au Collège d’enseignement moyen (Cem) Manguier.
Il s’agit, selon Souleymane Diagne d’Ecobank Sénégal, d’un programme assez gratifiant pour Ecobank pour deux raisons. D’une part,  les Ntic sont très importantes dans leur établissement de devenir la banque digitale de référence de l’Afrique. D’autre part, à Ecobank, ils pensent «foncièrement» que l’école doit contribuer au projet d’une société de l’information et de la communication. Pour le représentant de Serge Akré, directeur général d’Ecobank qui remettait ce don samedi aux bénéficiaires, «L’école doit préparer les élèves à maîtriser ces outils et à vivre dans un environnement technologique en constante évolution».
En   choisissant le lycée Ngalandou Diouf et le Cem manguier dans l’académie de Dakar, estime Ngary Faye, Ecobank Sénégal «pose un acte symbolique». En effet explique l’inspecteur d’académie de Dakar, «c’est la reconnaissance et la valorisation de l’effort. Car, le Lycée Ngalandou Diouf est le deuxième Lycée régional le plus performant. C’est l’un des lycées qui a comptabilisé le meilleur quantum scolaire de la région. L’année dernière, nous sommes passés de 63,5% au Bac à 75,75% cette année». Il exhorte ainsi, les élèves à «faire plus et mieux pour mériter que le groupe Ecobank soit toujours, fier de son acte…».
De l’avis de l’ancien recteur de l’Université Cheikh Anta Diop, Abdou Salam Sall, «quand on vous donne une salle informatique, c’est comme si on vous a donné les clés du succès. Une salle de vingt machines devrait permettre aux élèves d’être alphabétisés en  informatique pour aller vers les sites éducatifs afin de renforcer leurs capacités».
Au-delà du système éducatif,  la filiale sénégalaise d’Ecobank a encore apporté sa contribution aux efforts qui sont en train d’être consentis dans le domaine de la santé maternelle. «Beaucoup de femmes vivent des complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. Nous avons donc souhaité accompagner les structures de santé» en matériel médical, informe M. Diagne.
Pour cette 4e édition de son programme de Rse, Ecobank  Sénégal dit avoir mobilisé près de 80 millions de francs Cfa.
Pour la 1ère édition de 2013,  souligne Souleymane Diagne, la banque avait injecté 50 millions de francs Cfa dans la rénovation d’une quarantaine d’établissements scolaires.   En 2014, ses actions se sont concentrées autour de la lutte contre le paludisme. D’après M. Diagne, «plus d’1,6 million de dose de médicaments contre le paludisme avait été remis aux médecins chefs de régions permettant ainsi aux districts sanitaires d’être autonomes pendant quatre mois». En 2015,  la banque a pris en charge «les besoins exprimés par les structures d’éducation et de santé. C’est ainsi que plus de 60 millions ont été investis dans la santé, l’éducation et l’amélioration des conditions de vie des enfants aussi bien à Dakar et sa banlieue que dans les autres régions».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here