PARTAGER

Deux morts et deux blessés graves : C’est le triste bilan de l’incendie qui a réveillé le quartier Finkone (commune de Bargny) jeudi aux environs de quatre heures du matin. Une dame du nom de Diouma Ndoye, la quarantaine révolue, et son neveu d’à peine 10 ans, Doudou Ndoye, ont tragiquement trouvé la mort alors que Ndiassé Ngom, quasi-quinquagénaire et Alioune Ngom, fils de la dame Ndoye, s’en sont sortis grièvement blessés. «On a été réveillé par les cris de détresse et quand on est arrivé le feu gagnait en intensité. La porte était fermée de l’intérieur et il était impossible d’accéder à la chambre ou étaient la dame et l’un des enfants. On a enlevé les zincs et à l’aide d’une échelle on a tenté de les secourir», a relaté Mamadou Diallo, un voisin. «J’ai personnellement donné la main à la dame pour qu’elle puisse sortir, mais vu qu’elle était d’une grande corpulence je n’ai pu la tirer vers le haut. C’est après que nous avons fait tomber une partie du mur pour pouvoir la faire sortir et en ce moment elle était toujours vivante malgré les nombreuses blessures sur son corps», a-t-il poursuivi. «C’est une fois dehors qu’elle a commencé à demander après Doudou Ndoye son neveu et c’est comme ça que nous avons su que le petit était à l’intérieur de la chambre, mais les flammes avaient été telles qu’il nous était impossible d’entrer dans la chambre. La dame est finalement décédée avant l’arrivée des sapeurs-pompiers», a expliqué le sauveteur de circonstance. «Les deux blessés dormaient dans un espace aménagé, jouxtant la chambre. Ils ont été acheminés à l’hôpital avec des brûlures graves», a noté Mamadou Woury Ba, un autre voisin. C’est à partir de cet espace que serait parti le feu pour se propager ensuite dans la chambre, d’après des témoins sur place. Selon ces derniers, les sapeurs ont été avertis à 5 heures 6 minutes et n’ont pu arriver à temps. «Ce sont les voisins qui ont éteint le feu à force de courage et de détermination», a dit Mama­dou Diallo. «Ce quartier manque cruellement d’eau. C‘est ce qui nous a handicapés, sinon on pouvait maîtriser les flammes assez vite», a-t-il poursuivi. Diouma Ndoye et Doudou Ndoye ont été inhumés en fin d’après-midi au cimetière de Bargny, laissant derrière eux un quartier meurtri par cette disparition tragique.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here