PARTAGER

Des acteurs concernés ont lancé hier une plateforme pour le suivi de la mise en œuvre des Odd relevant du secteur de l’environnement. Ce dernier est caractérisé par des difficultés dans la collecte de données.

10 des 17 indicateurs sur les Objectifs de développement durable (Odd) concernent le secteur de l’environnement. Cepen­dant, ce dernier, tout comme celui de la gouvernance, est problématique en matière de données. «L’environnement, à l’instar de la gouvernance, est considéré comme étant le secteur où l’insuffisance de données statistiques est le plus notable», relève-t-on dans le document du ministère de l’Environnement et du développement durable. Selon la même source, l’une des limites a trait à la collecte et à la remontée des informations. «Le problème réside toujours dans la collecte et la remontée de l’information ainsi que dans la désagrégation des données pour prendre en compte le caractère invisible et transversal des Odd, mais aussi pour ne laisser personne de côté dans la mise en œuvre», relève le document. Selon les acteurs, la plupart des données doivent être davantage actualisées et mise en cohérence en raison de la diversité des sources.
Pour ce faire, le ministère de l’Environnement et du développement durable et l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar), en collaboration avec le ministère de l’Economie, des finances et du plan, à travers l’Unité de coordination et de suivi des politiques économiques (Ucspe), ont décidé de mettre en place une plateforme des acteurs pour le suivi des Odd relevant du secteur de l’environnement.
Cette plateforme, lancée hier en atelier regroupant les différents acteurs, contribuera, selon les initiateurs, à améliorer le processus en cours et en perspective dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi des Odd. «Il faut une coalition pour résoudre cette question cruciale si nous voulons faire des progrès d’ici 2030», a dit Ibrahima Athié, directeur de l’Ipar. «Il y a des points qui méritent d’être éclaircis, des domaines sur lesquels on devrait davantage travailler en parfaite symbiose pour pouvoir renseigner les indicateurs», a ajouté le secrétaire général du ministère de l’Environnement, Amadou Lamine Guissé.
La plateforme va réunir l’ensemble des acteurs qui interviennent pour davantage renseigner tous les indicateurs qui permettront demain aux autorités sénégalaises de présenter les performances du pays d’ici 2030 et d’améliorer tous les secteurs qui ne sont pas au rendez-vous. L’ob­jectif de la plateforme est aussi d’avoir des indicateurs clairs, désagrégés et qui pourront aider à la prise de décision dans l’atteinte des Odd à l’horizon 2030.

ksonko@lequotidie.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here