PARTAGER

L’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) a vu défiler plusieurs personnalités dans ses bureaux ces dernières semaines pour procéder à leur déclaration de patrimoine. «A la date du 31 août 2020, sur 35 ministres, 34 ont fait leur déclaration de situation patrimoniale», révèle l’Ofnac. Même s’il reste encore un retardataire (ou récalcitrant ?), les membres du gouvernement se sont faits violence pour respecter l’ultimatum présidentiel de 45 jours qui a expiré le 31 août.
Ils y sont allés à reculons. Il a fallu que le Président Sall tape du poing sur la table pour pousser certains ministres à déclarer leur patrimoine. Lors de la réunion du Conseil des ministres du 15 juillet dernier, le président de la République avait donné des instructions aux membres du gouvernement, «qui ne s’étaient pas encore acquittés de l’obligation de déclaration de patrimoine, de se rapprocher de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), pour se soumettre à cette exigence légale». Il avait fait cette déclaration solennelle au lendemain de la publication des rapports de l’Inspection générale d’Etat qui avaient montré encore les failles dans la gestion des biens publics.
Evidemment, cet exercice n’a jamais été aimé par les assujettis, car il a fallu souvent leur forcer la main pour qu’ils se soumettent à la déclaration de patrimoine. Pourtant, l’Ofnac a autorité légale pour demander le limogeage de tout assujetti qui ne se serait pas acquitté de ce devoir. Première présidente de cette institution, la très controversée Nafi Ngom Keïta n’hésitait pas à vilipender les récalcitrants pour les pousser à faire un tour dans ses bureaux.
Ces personnes assujetties sont, outre le chef de l’Etat, le président de l’Assemblée nationale et le Premier questeur, les membres du gouvernement, le président du Cese, «tous les administrateurs de crédits, les ordonnateurs des recettes et des dépenses, les comptables publics effectuant des opérations portant sur un total annuel égal ou supérieur à 1 milliard de francs Cfa». Et la loi indique que les personnes assujetties, une fois nommées, sont soumises «au régime de l’effet immédiat» en ce qui concerne leur déclaration de patrimoine.
Créé en 2012, l’Ofnac qui est une autorité administrative indépendante, vise à instaurer la probité et la transparence dans la gestion des affaires publiques en luttant contre la fraude, la corruption, les infractions con­nexes et les pratiques assimilées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here