PARTAGER

Il y a un risque de forte hausse des prix de l’oignon, d’après l’Union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs) qui tire la sonnette d’alarme. Ces consuméristes demandent à l’Etat de lever le gel des importations de l’oignon.

A quelques semaines de la Tabaski, l’Union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs) tire la sonnette d’alarme sur l’éventualité d’une flambée des prix de l’oignon et de la pomme de terre. L’association consumériste assure que dans certaines parties du pays, des «rétentions sont constatées pour faire monter la deman­de». «Dans la région sud du pays, le kilogramme de l’oignon est en train d’être vendu à 700 francs Cfa et même dans certains marchés de Dakar, on constate que le prix a augmenté», a informé Emile Sène, un consultant en système des marchés et membre de l’Uncs, hier en conférence de presse.
L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur la situation des denrées de première nécessité sur le marché. A ce titre, l’Uncs demande à l’Etat «d’autoriser l’importation de l’oignon» pour pallier toute éventualité. «Le principal fournisseur d’oignon du pays est la localité de Gandiol», a indiqué Emile Sène. Qui explique que «ces producteurs ne peuvent pas à eux seuls satisfaire la demande nationale». C’est pourquoi l’Uncs demande à s’asseoir autour d’une table avec le Conseil national de la consommation pour «voir comment homologuer le prix de l’oignon» pour le bien-être du consommateur. Si cette solution venait à être appliquée, l’Uncs informe que ce sera au consommateur de veiller à l’application de ce prix.
Par ailleurs, profitant des médias, elle a évoqué le problème du loyer. L’association con­sumériste estime qu’on est «revenu au point zéro avec plus de problèmes» après plus de 2 ans d’effectivité du décret réglementant ce secteur. Et Victor Preira d’expliquer : «Nous recevons quotidiennement des plaintes de locataires à qui on a demandé de sortir pour réfection. Mais en réalité, c’est une ruse des bailleurs pour augmenter le prix des loyers.» Fort de ce constat, il dresse un bilan négatif de l’application de ce décret. «Il paraît que le président de la République a commandité un audit de l’application du décret et des associations de défense des consommateurs lui auraient signifié que la baisse des loyers est effective à 90%. Ce n’est pas le constat que nous faisons des plaintes que nous avons reçues. Nous pouvons dire qu’on est revenu au point zéro avec plus de problèmes. Des associations se sont précipitées pour déposer un rapport. Je précise que l’Uncs n’a pas été consultée», se démarque-t-il.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here