PARTAGER
Alioune Sarr, ministre du Commerce...

Environ 40 mille tonnes d’oignon sont disponibles sur le marché qui est également bien approvisionné en pomme de terre en cette veille de Tabaski. Le constat a été fait hier par le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme, Alioune Sarr, en visite au marché Gueule Tapée.

Près de 40 mille tonnes d’oignon sont importées au Sénégal, selon Alioune Sarr, pour une consommation autour de 15 mille tonnes. «Nous avons le produit qu’il faut. Pour la pomme de terre également, nous avons pris toutes les dispositions avec les commerçants pour que le marché soit convenablement approvisionné et au fur et à mesure que le produit est disponible sur le marché, le prix va naturellement baisser», a soutenu le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme. Le prix de la pomme de terre est actuellement autour de 400 francs et celui de l’oignon à 350 francs, mais il varie selon les variétés. Le gouvernement, qui travaille étroitement avec les commerçants, n’exclut pas d’appeler directement, les exportateurs étrangers si cela est nécessaire. «Nous n’accepterons pas aussi que les consommateurs sénégalais soient pris en otage par qui que ce soit», a fait savoir M. Sarr.
Alioune Sarr était hier au marché Gueule Tapée pour s’enquérir de l’état d’approvisionnement du marché en oignon et en pomme de terre en cette veille de Tabaski. A la fin de la visite, le ministre s’est réjoui de la disponibilité de ces deux produits importants pour la fête d’Aïd El Kebir chez les commerçants, grossistes comme détaillants. Sur les lieux, près de 7 mille tonnes de pomme de terre ont été notées dont 2 500 tonnes importées par un seul opérateur. La démarche du ministre en cette veille de Tabaski vise à rassurer les consommateurs de la disponibilité des produits et les mesures prises par le gouvernement, qui surveille l’évolution des prix pour parer aux spéculations. A cette occasion, M. Sarr a averti les commerçants que le gouvernement n’acceptera pas de spéculation et a fait appel à la responsabilité des uns et des autres. «Le gouvernement n’hésitera pas à ouvrir davantage les frontières pour que les produits soient présents dans les coins les plus reculés du Sénégal», a dit le ministre. Il s’est réjoui de la baisse continue des prix et de la qualité des produits au grand bonheur des Sénégalais. Il y a quelques jours auparavant, le prix de l’oignon était de 400 le kg et la pomme de terre, à 500 voire plus le Kg.

Instabilité sur les prix
Cependant, même s’il y a une baisse timide des prix et que les marchés soient inondés de pomme de terre et d’oignon, un problème se pose au niveau des prix. Si les grossistes affirment la baisse, les détaillants, dans ce même marché de Gueule Tapée, défendent le contraire. Pour la tutelle, l’instabilité s’explique par la présence sur le marché de deux productions différentes (locale et importée) de l’oignon et de la pomme de terre. «La fin de la période de gel et le début de l’ouverture du marché à l’importation sont à l’origine de la tension sur les prix», a expliqué le ministre en charge du Commerce.
Le Sénégal a une production locale de pomme de terre de 50 mille tonnes et d’oignon d’environ 400 mille tonnes. Le gouvernement avait décidé de faire la promotion de ces produits locaux, en mettant en place des mécanismes de régulation pour permettre l’écoulement de toutes ces productions locales tout en veillant à préserver le pouvoir d’achat du consommateur.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here