PARTAGER

Le président de la République a fait samedi le tour de certains quartiers de Dakar dans le cadre du lancement de l’opération «Sénégal propre». Macky Sall a promis d’user de la politique du bâton et de la carotte pour donner au pays un visage reluisant.

L’avenue Cheikh Anta Diop épouse son décor habituel : l’anarchie. En ce samedi 4 janvier 2020, marquant le démarrage de l’opération «Sénégal propre», les piétons tentent délicatement de se frayer un chemin devant les étals anarchiques : marchands de friperie, vendeurs de café Touba, de vêtements, de matériels scolaires… Pourtant, le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, devant la direction du Coud, s’entretient avec les étudiants sur le combat contre l’insalubrité. A moins d’un km d’ici, à Mermoz, l’embellie est totale ou presque. Le président de la République a lancé chez lui les opérations de nettoiement. Brouettes, râteaux, pelles, casquettes, masques de protection, gilets jaunes pour les uns, gilets de couleur orange pour d’autres…
De Fenêtre Mermoz à Fann, en passant par Point E, Sicap, Liberté, Biscuiterie, Grand Dakar et Dakar Plateau, de fortes mobilisations sont visibles dans les rues pour adhérer à ce projet cher au Président Macky Sall. Sur l’ancienne piste de Mermoz, un espace vert est aménagé avec des bancs publics et une verdure généreuse à la vue sur l’espace gazonné. L’endroit pavé est clôturé par une grille de clôture avec des poubelles. Les mécaniciens ont été déguerpis tout comme les panneaux publicitaires détruits sur instruction du préfet de Dakar. La circulation des piétons est fluide. A l’opposé de celle des automobilistes qui subissent l’impact de la présence du Président.

Adhésion des maires de l’opposition, l’autre enjeu
La poussière qui se propage à perte de vue en dit long sur la détermination des nettoyeurs. Attention au rhume ! Les plus fragiles éternuent, parfois toussent. La météo distille un temps d’hiver avec une fraîcheur pas de nature à entamer l’énergie débordante des populations. Le soleil tente d’exister. Le Comité national olympique sportif sénégalais (Cnoss) s’est joint au combat contre l’insalubrité et l’occupation anarchique de la voie publique. Devant le stade Demba Diop, des dizaines jeunes habillés à l’effigie des Jeux olympiques de la jeunesse «Dakar 2022» véhiculent des vertus de la propreté sous la direction de Ibrahima Wade, ancien secrétaire général du gouvernement. «Il s’agit d’une activité trans-partisane et non politique. Je salue l’engagement des politiques de tous les bords», a salué Macky Sall.
Sur l’engagement politique, le chef de l’Etat devra convaincre les maires de l’opposition, surtout proches de Khalifa Sall. Ces derniers, en tout cas les plus radicaux, gardent encore en travers leur gorge les déboires judiciaires de leur mentor. Devant sa résidence à Mermoz, Macky Sall et la Première dame ont été accueillis par Soham El Wardini, Alioune Tall, 1er adjoint au maire de Mermoz-Sacré Cœur, l’ancien député Zator Mbaye, le préfet de Dakar et le sous-préfet de Dakar Plateau. Barthélemy Dias a donc préféré faire faux bond alors que le Président veut associer au premier plan les collectivités territoriales. Tout le contraire du maire Alioune Ndoye qui a mobilisé ses partisans pour accueillir le convoi présidentiel à Dakar Plateau.

«L’Etat va annuler ces autorisations des maires…»
Au-delà des personnes, le président de la République voit l’engagement de toutes les communes. «Je salue l’engagement de toutes les communes de Mermoz, de Fann Amitié, de Grand Dakar, des Hlm, Liberté, Biscuiterie et autres», s’est félicité Macky Sall. Cependant, il a appelé les maires à ne pas donner des autorisations aux vendeurs occupant la place publique. «Il ne faut pas le faire, car si tel est le cas, l’Etat va annuler ces autorisations et les maires vont porter préjudice à ces Sénégalais», dit Macky Sall. Le Président s’est réjoui de la «prise de conscience» des Sénégalais sur la question relative à la propreté. «Nous n’allons plus tolérer ce qui se faisait avant. On est arrivé à une situation où il faut absolument prendre des mesures. Nous allons y mettre un terme. On fera des lois, mais le plus important est de changer les comportements. Ça, ce n’est pas l’affaire d’un président de la République, d’un Etat ou d’une mairie, c’est une affaire de quartier. Que les associations soient debout pour lutter contre l’insalubrité et l’encombrement de la voie publique», invite-t-il annonçant le lancement prochain du Grand prix du chef de l’Etat pour la propreté. Pour gagner ce pari de la salubrité, le Président Sall a demandé la contribution des entreprises aux côtés des maires et du ministre en charge de l’Hygiène publique. A ce titre, M. Sall veut des activités de ce type durant tout le mois de janvier. Et à partir de février, la journée nationale de la propreté sera célébrée chaque premier samedi du mois. En attendant le suivi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here