PARTAGER

Le Pvd de Serigne Modou Kara salue l’option de ne prendre qu’au moins 5 bulletins le jour du vote. Cependant, la présidente du parti, Sokhna Dieng Mbacké, regrette l’«absence de dialogue» chez Macky Sall.

L’option fait débat. Elle a confirmé le grand fossé qui sépare le pouvoir et l’opposition sur le processus électoral. La décision de la Commission électorale nationale autonome (Cena) d’autoriser l’électeur à ne prendre qu’au moins 5 bulletins agrée pourtant le Parti de la vérité pour le développement (Pvd) de Serigne Modou Kara. Lors d’une rencontre de partage entre ses investis aux Législatives samedi dernier, la présidente du parti s’est dit «heureuse» de cette suggestion de la Cena, soulignant que c’est le Pvd qui était le «premier à faire cette proposition». «Dieu a fait que plus de 30 partis et coalitions ont accepté cette proposition que la Cena a entérinée. On ne peut pas faire 47 listes en un jour où les civils et militaires votent en même temps», argumente Sokhna Dieng Mbacké.
Par contre, l’épouse de Serigne Modou Kara note un déficit de dialogue chez le président de la République. «Le maillon faible de l’administration Macky Sall, c’est l’absence de dialogue. Il a tenu un dialogue national le 28 mai 2016 et c’est fini. On n’a plus revu le Président et son opposition. Et maintenant qu’il veut un modus operandi pour les élections législatives, qui va répondre à son appel ? Personne», regrette Mme Mbacké qui admet que la Cena a été un «bon intermédiaire», mais qu’«il y a beaucoup de préalables qui restent pour avoir une bonne élection». En outre, la présidente du Pvd prédit une dissolution de la 13ème Législature en 2019 en cas de réélection de président de la République.

Sokhna Dieng Mbacké, député sortant : «Niasse fut un excellent président de l’Assemblée»
Sur un autre registre, le député sortant s’est insurgé contre les critiques essuyées par la 12ème Législature. «Je pense que les citoyens sénégalais dans leur ensemble sont injustes envers cette Législature. Nous avons eu une tare peut-être congénitale, celle d’avoir une coalition de coalitions qui a soutenu Macky Sall au 2ème tour et qui s’est retrouvée avec presque 120  députés sur 150. Comment pouvions-nous, avec les 12 députés du Pds comme opposition et les autres non-inscrits, influer sur la marche du Parlement ?», justifie-t-elle, brandissant une Législature «normale avec de bonnes lois votées».
D’ailleurs, Mme Mbacké estime que Moustapha Niasse fut un «excellent président» de l ’Assemblée nationale. «C’est un légaliste qui applique le Règlement intérieur à la lettre. Il assume son appartenance à Benno bokk yaakaar, son amitié et sa fidélité au Président Sall. Est-ce qu’on peut le lui reprocher ?», défend-elle. Enfin, le Pvd prône une «Assemblée de rupture» qui n’aura lieu que «s’il y a changement de majorité et que le Règlement intérieur de l’Assemblée permette aux autres députés qui ne sont pas dans la majorité ou dans les groupes parlementaires de pouvoir accéder aux instances de décisions».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here