PARTAGER

C’est un protocole sanitaire que les acteurs des collectivités éducatives ont proposé pour encadrer efficacement la tenue des colonies de vacances dans ce contexte du Covid-19, en marge d’une séance de réflexion qui a mobilisé tous les acteurs.

Un thème national intégrant la lutte contre la pandémie du Covid-19, le dépistage systématique de tous les colons et des personnels, la désinfection totale des lieux d’hébergement, l’installation de moustiquaires, l’interdiction systématique de l’accès au site, aux personnes étrangères à la colonie éducative, c’est le protocole sanitaire des collectivités éducatives, qui organisent les colonies de vacances au Sénégal. Selon le président national de l’Association d’encadreurs de collectivités éducatives du Sénégal (Aeces), Badara Badiane, qui présidait hier une séance de travail des collectivités éducatives, la pertinence d’une telle approche repose, en effet, sur le constat fait que «le désœuvrement des enfants risque de provoquer un excès d’oisiveté, ce qui peut engendrer la violence, la déviance dans les maisons, la défiance de l’autorité, mais aussi au sein des familles». Aussi, «la promiscuité que le confinement des enfants peut créer dans les maisons».
En plus, «il y a d’autres facteurs qui peuvent être dommageables». Il s’agit, selon M. Badiane, de «l’inactivité des enfants et du stress que cela peut engendrer, le désapprentissage d’autant plus que déjà, les enfants sont restés 5 longs mois sans aller à l’école, et cela risque de se prolonger pour les élèves des classes intermédiaires». Des éléments qui, selon le patron de l’Aeces, pourraient «conduire les enfants à se retrouver dans la rue avec toutes les dérives possibles à savoir des troubles sur la voie publique, des cas de noyade, et risques d’infection au Covid-19». Lesquelles dérives, dit-il, peuvent causer «des défaillances sur l’état physique et mental des enfants mais aussi entraîner des accidents domestiques». Et face à cette situation qui interpelle tous les acteurs de l’éducation, mais aussi le ministère de la Jeunesse qui encadre, contrôle et met en route les projets de colonies de vacances, les organisateurs de colonies, les parents, il urge, selon Badara Badiane, de faire quelque chose. Et à ses yeux, «la tenue de la campagne 2020 des collectivités éducatives est un moyen efficace pour procéder à un desserrement sécurisé de l’étau, autour des enfants».
Joignant sa voix à celle de son camarade, le Directeur général de l’Agence internationale de vacances, de loisirs et de tourisme (Aivlt), Ndiassé Gning, estime qu’«emmener les enfants dans les colonies de vacances, serait également un meilleur moyen de participer à la lutte contre la propagation de la contamination dans les familles, et même au-delà, dans les quartiers. Car le constat aujourd’hui est que les enfants sont déjà dans la rue, dans les plages et pourraient transporter le virus dans les foyers, si l’on y prend garde». Et donc «mettre les enfants dans des cadres sécurisés, comme les colonies de vacances», est une nécessité.
Dans le protocole sanitaire proposé par les collectivités éducatives, il est prévu la mise en place d’une équipe pédagogique et d’une équipe médicale. Aussi tous les enfants devront fournir un certificat médical attestant qu’ils sont indemnes de toute maladie contagieuse entres autres mesures préventives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here