PARTAGER

La Coalition gagnante/Wattu senegaal qualifie les élections législatives tenues le 30 juillet dernier de «mascarade électorale». Me Abdoulaye Wade et ses alliés ont décidé de ne plus participer à une élection organisée par Macky Sall et son gouvernement.

La Coalition gagnante/Wattu senegaal ne reconnaît pas résultats des élections législatives. En conférence de presse hier, Me Abdoulaye Wade et ses alliés parlent de «mascarade électorale» et de «non-élection». «Nous ne participerons à aucune élection et consultation organisée et supervisée par le gouvernement de Macky Sall», précise-t-il. L’ancien Président d’ajouter : «Macky Sall peut ne pas nous croire, mais s’il le fait, ce n’est même pas la peine qu’il se fatigue pour 2019, qu’il se proclame super élu. Nous ne permettrons même pas à Macky Sall de préparer une épreuve de manipulation, de trucage du fichier électoral», a-t-il averti. Abondant dans le même sens, Me El Hadj Amadou Sall a promis que leur organisation «s’opposera par tous les moyens à toute tentative de Macky Sall d’organiser une mascarade d’élection». Le responsable du Pds invite le Président Sall à être «conscient de sa responsabilité personnelle et celle de son clan du chaos dans lequel il est en train de plonger le Sénégal». En outre, la coalition dirigée par Me Wade demande «la reprise des demandes d’inscription, la suppression des ajouts au code électoral non consensuels effectués de façon unilatérale par le gouvernement de Macky Sall, la confection de la totalité des cartes d’électeur par une seule entreprise, la distribution complète des cartes d’électeur, la suppression du vote par récépissé».
Le Pds, Aj/Pads, Tekki et autres ont, dans un livre blanc, donné les «preuves» de leurs allégations. Me Sall estime que cette «fraude» est partie du référendum de 2016 où il a été constaté un taux d’abstention de 70%. «Le gouvernement, sa­chant que s’il allait à des élections avec ce fichier, il allait les perdre, a prétexté un stock mort pour procéder à la refonte du fichier. Macky Sall en a profité pour avoir un fichier à lui tout seul en violant le consensus qui a toujours existé», a-t-il souligné. Poursuivant ses explications, Me Sall accuse le successeur de Me Wade d’avoir voulu «empêcher à 6 millions 500 mille Sénégalais de voter».
Embouchant la même trompette, Me Wade soutient que le couplage carte d’électeur-carte d’identité est «une idée de fraude». «Le fichier électoral est mis à jour tandis que cette mise à jour n’existe pas pour le fichier identitaire», relève-t-il. A cela, les membres de cette coalition ajoutent les dysfonctionnements notés avec le récépissé, les transferts d’électeurs, les retards dans le démarrage du vote dans beaucoup de centres du pays. Toutefois, le secrétaire général du Pds a soutenu que sa participation à ces élections «n’a pas été inutile». «Si je n’étais pas venu, je me demande ce que ça serait ? Ma conviction est que dans des élections normales, on serait arrivés premiers, je le dis en tant que musulman d’un certain âge», a-t-il dit. Son allié, Mamadou Lamine Diallo, ac­quiesce. «Wade est venu sauver la démocratie sénégalaise», affirme le leader de Tekki.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here