PARTAGER

Les défaillances du ministère de l’Intérieur dans l’organisation des élections législatives de dimanche dernier ne laissent pas indifférente la Plateforme des acteurs de la société civile pour la transparence des élections (Pacte). En déployant une quarantaine d’observateurs dans différentes localités, principalement à Dakar, Thiès, Touba/­Mbacké et Mbour, la structure dirigée par Mazide Ndiaye a, dans un communiqué, décelé de «nombreux dysfonctionnements et anomalies» qui «ont marqué le scrutin, empêchant de nombreux citoyens d’exercer leur droit de vote». La Pacte a également constaté des «retards considérables à Dakar et particulièrement à Touba où l’ampleur des dysfonctionnements a entraîné des violences et le saccage de beaucoup de bureaux de vote privant ainsi des citoyens de la possibilité de voter».
Malgré ces «anomalies», la Pacte salue la «maturité démocratique» des Sénégalais qui sont sortis «massivement voter dans le calme et la sérénité». Sur la bataille d’opinion et médiatique à outrance à la laquelle se livrent certains leaders de liste sur les résultats du scrutin, la Pacte appelle les candidats «au calme et à la retenue et à éviter ainsi toute action tendant à installer un climat de violence dans le pays». A ce titre, elle les exhorte à user de toutes les voies de droit pour trancher les contentieux qui pourraient naître de la contestation des résultats.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here