PARTAGER

Oumar Sarr a bravé le mot d’ordre de Wade en participant au dialogue national. Mais au-delà du coordonnateur national, c’est une fronde qui secoue le Pds. Et Sarr est clair : «J’assume largement mes responsabilités.»

La fin d’un compagnonnage ? La relation Me Abdoulaye Wade-Oumar Sarr a vécu un épisode qui risque de sceller la séparation entre les deux sommités officielles du Parti démocratique sénégalais (Pds). En effet, le secrétaire général adjoint a décidé d’«assumer largement ses responsabilités» en «déchirant» le communiqué du secrétaire général du Pds, appelant au boycott du dialogue national ouvert hier au palais de la République. «Content» de se retrouver devant le Président Macky Sall et des membres du Front de résistance nationale (Frn), entre autres acteurs politiques, Oumar Sarr a déclaré : «Je sais que vous avez lu dans les journaux qu’il y a un communiqué qui dit que le Parti démocratique sénégalais ne participera pas au dialogue. Mais moi j’ai pris aujourd’hui mes responsabilités. C’est le Sénégal qui a convié ses fils, et le Sénégal est au-dessus de tous les partis politiques, et de nous tous. Donc, s’il nous appelle, je ne peux que répondre. Ce, même s’il y a une lettre qui dit autre chose.» M. Sarr indique que s’il a accepté de répondre favorablement à l’appel de Macky Sall, «c’est pour préserver ce dialogue en vue d’assurer la paix dans ce pays. Et tous les partis politiques et toutes les organisations doivent l’accepter, car le Sénégal le mérite».
En filigrane, le maire de Dagana, l’un des derniers hommes de confiance du Pape du Sopi, a choisi de défier le patriarche. Et ouvertement. Le coordonnateur général du parti libéral doute même de l’authenticité du communiqué rendu public par le service de communication du Pds. D’ailleurs, une polémique s’est installée sur la signature de Me Wade mentionnée dans la note. «Je ne sais pas comment ça a été écrit, ni comment elle est parvenue dans les bras des gens, mais ma responsabilité, moi, c’est d’être là pour que nous puissions discuter ensemble», a ajouté Oumar Sarr.

«Fronde en gestation»
Justement, ce communiqué en question risque d’installer l’ancien parti au pouvoir dans une période d’instabilité. Le Quotidien a appris que «la directive de boycotter vient du Qatar, donc de Karim Wade». «Noir de colère», ajoutent interlocuteurs, Oumar Sarr «s’est senti piétiné lorsqu’il a lu le communiqué, car son avis n’a pas été recueilli». Finalement, il a décidé de braver l’interdiction de participer au dialogue. Mais M. Sarr n’est pas seul dans son combat, car d’autres responsables libéraux sont dans sa dynamique. «Une fronde est en gestation contre Me Wade et ce sera orchestré par ses plus proches collaborateurs. Les gens ne peuvent pas accepter que Karim décide de tout à partir du Qatar alors que d’autres se battent pour le parti depuis des décennies», confient nos sources.
bgbgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here