PARTAGER

Le mouvement d’humeur du Collège des délégués du personnel de Dangote cement Sénégal (Dcs), depuis plusieurs semaines, s’est invité hier à la visite du nouveau ministre des Mines et de la géologie, Oumar Sarr. Interpellé sur les manifestations des travailleurs qui fustigent l’application de la législation nigériane en lieu et place de celle sénégalaise, le ministre en perd son latin. «Je ne suis pas au courant des manifestations qu’il y a eues, mais ici nous sommes au Sénégal pas au Nigeria, et ça m’étonnerait qu’on applique une règlementation nigériane dans ce pays. Ce sont les lois sénégalaises qui s’appliquent ici, mais, peut-être, sur certains aspects, il y a l’esprit de l’entreprise, je suppose, parce que c’est tout un ensemble, c’est un bloc. Je ne connais pas bien ce dossier-là, je vais donc prendre les informations nécessaires pour pouvoir, sur cette base-là, me prononcer sur la question, et s’il y a des actions concrètes à mener, je le ferais en relation avec mes autres collègues directement intéressés par ce secteur, notamment les ministres du Travail, de l’Environ­nement et de l’Industrie», a évacué prudemment le nouveau boss des Mines et de la géologie.
S’agissant des doléances des maires des localités impactées par l’exploitation minière de Dcs qui ont insisté sur l’emploi local des jeunes, Oumar Sarr a dit : «Ces ressources minières appartiennent à tout le monde. Je ne connais pas les efforts qui sont faits par Dcs, mais il faut que les jeunes qui sont dans ces différentes localités puissent avoir le profil. Parce que sans cela, ce sera très difficile de les recruter. Il faut peut-être que l’entreprise aide ces jeunes à avoir le profil à travers des formations.»
Outre ces questions sociales, le ministre, qui a visité toute la ligne de production de l’entreprise minière, a décerné un satisfecit à Dcs. «C’est une usine totalement moderne et qui a de l’ambition pour le Sénégal et pour l’Afrique. Nous sommes donc émerveillés de voir certaines réalisations très modernes. Nous avons vu des outils modernes avec moins de poussière et une gestion de l’environnement qui est très visible. On pourrait même penser qu’on ne produit pas du ciment ici. J’ai été très impressionné», témoigne Oumar Sarr. Il a aussi salué les actions de Dcs dans le cadre de sa politique de Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) à l’endroit des populations des communes de sa zone d’implantation. Dans ce cadre il a demandé à la troisième cimenterie du Sénégal de travailler à voir comment organiser un développement local.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here