PARTAGER

La participation au dialogue national avait installé un froid entre le Pds et le Frn. Abdoulaye Wade fait son retour dans la plateforme en remplaçant Oumar Sarr par Bara Gaye et Doudou Wade. Le Pds va-t-il rejoindre les concertations politiques ?

Abdoulaye Wade a notifié au Front de résistance nationale (Frn) que Oumar Sarr n’est plus le mandataire du Pds au sein de la plateforme. «Je vous informe que j’ai désigné comme nouveaux représentants du Parti démocratique sénégalais (Pds) au sein du Front de résistance nationale (Frn), en remplacement de l’ancien secrétaire général adjoint du Pds Monsieur Oumar Sarr, Monsieur Bara Gaye, secrétaire général adjoint chargé des relations avec les organisations politiques, rapporteur du Collège des secrétaires généraux adjoints du Pds, et Monsieur Doudou Wade, secrétaire général adjoint chargé des conflits du Pds», a-t-il écrit dans une lettre en date du 18 septembre 2019, adressée à Mamadou Diop Decroix et que l’intéressé a transmise au coordonnateur du Frn, Moctar Sourang. Une suite logique après la formation du nouveau Secrétariat national en août dernier dans lequel le responsable libéral de Dagana ne figure pas. C’était aussi prévisible d’autant qu’à l’origine du divorce entre Wade et Sarr, il y a la ligne adoptée par le premier de ne pas participer au dialogue national, alors que le second avait répondu à l’appel du chef de l’Etat le 28 mai dernier au Palais.
Par cette missive, Me Wade semble être dans une dynamique de recoller les morceaux avec le Frn après le froid né du report des Locales que ses alliés ont approuvé. Le Secrétaire général du Pds avait d’ailleurs dénoncé «la complicité de représentants de partis politiques qui n’ont pour la plupart aucune légitimité politique». Ce que le Frn n’avait pas digéré en portant une réplique quelques heures seulement après le communiqué de Wade. «Le Frn tient à informer l’opinion que toutes les positions défendues par ses plénipotentiaires au niveau du dialogue politique, y compris celle concernant le consensus sur le report des élections locales, ont été discutées et adoptées par la conférence des leaders du Front, en présence de tous les chefs de parti ou de leur représentant à l’exception du celui du Pds ; toutes les composantes du Frn sont présentes au niveau du dialogue politique à l’exception du Pds depuis le début et, par conséquent, rendent compte régulièrement au Front et prennent des directives de la conférence des leaders», avait précisé Moctar Sourang.
Sans doute, cela avait poussé également Mamadou Diop Decroix à sortir de ses gonds pour s’attaquer aux «anti-dialogueurs» dont Wade, même s’il ne l’avait pas nommé. Dans une contribution intitulée «Plura­lisme et diversité au sein l’opposition : Ma contribution au débat sur le dialogue national», le leader d’Aj/Pads rappelait qu’«un débat d’idées n’est pas un chœur de quolibets, encore moins un concours de caractérisations gratuites». Il poursuit : «Je fais observer que nos amis anti-dialogue, dans le cliquetis de leurs salves, ont oublié que nous nous battons aussi pour la libération sans délai de Khalifa Ababacar Sall et le retour de Karim Meïssa Wade dans son pays et pour le recouvrement total de leurs droits politiques.»
Wade et le Pds sont donc de retour dans le Frn, parce qu’en réalité les Libéraux avaient gelé leurs activités dans cette alliance de partis de l’opposition. Mais le Pds va-t-il rejoindre Decroix et Cie à la table du dialogue politique ? Le contexte s’y prête pourtant avec les retrouvailles entre Wade et Macky Sall.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here