PARTAGER

Le top de la 25ème édition du Festival international de jazz de Saint-Louis sera donné ce soir comme d’habitude sur la scène de la Place Faidherbe devenue incontournable pour les férus de jazz qui viennent habituellement honorer de leur présence cet événement musical majeur de l’agenda culturel national. Pour cette édition au cours de laquelle l’on soufflera les 25 bougies, l’Association Saint-Louis jazz entend s’inscrire dans la dynamique des autorités gouvernementales qui ont décidé de faire de 2017 une année culturelle. Elle entend aussi poser les jalons de l’édification d’un pont culturel entre les Peuples sénégalais et gambiens, en attendant la construction définitive du pont physique reliant les deux pays.

Saint-Louis jazz, déjà un quart de siècle
Saint-Louis est connue à travers le Sénégal et le monde pour son histoire et son existence tricentenaire, mais elle l’est aussi depuis maintenant plus d’une vingtaine d’années grâce à l’organisation de son festival international de jazz. Un évènement musical devenu le plus grand de la ville, mais aussi et certainement le festival de jazz le plus populaire du Sénégal, l’un des plus remarqués en Afrique et qui s’est taillé une place de choix dans le concert des grands festivals à travers le monde. Cette année, Saint-Louis jazz va connaître un nouveau tournant. Il va fêter son quart de siècle d’existence avec la tenue de la 25ème édition qui démarre ce soir, jusqu’au 1er mai prochain. Et pour marquer l’évènement d’une empreinte indélébile, l’Association Saint-Louis jazz a décidé de mettre les petits plats dans les grands, en concoctant une programmation on ne peut plus alléchante.
Ce programme mettra en scène des artistes aux fortunes assez diverses dont un bon nombre ont déjà été vus sur scène à Saint-Louis. Ceux-ci se produiront aux côtés de novices venus découvrir pour la première fois la scène de la Place Faidherbe. Cerise sur le gâteau, cette programmation, 25ème anniversaire oblige, est allée chercher parmi les plus grandes têtes d’affiche du jazz, mais aussi ceux qui font le plus bouger le monde musical. Pour donc faire les choses en grand et marquer ces 25 ans, l’Association Saint-Louis jazz a revisité son répertoire et inviter de grosses pointures du jazz. Un choix judicieux et bien mûri qui fait de la présente édition l’une des plus relevées sur le plan de la programmation musicale. En conférence de presse mardi dernier, l’Association, par le biais de son président, tout en dévoilant son programme riche et varié aussi bien pour la partie «in» que pour le off, a mentionné que le public du Saint-Louis jazz est devenu exigeant et regardant sur la notoriété des artistes invités.

Un «in» de rêve
15 musiciens et 13 orchestres feront leur apparition pour le «in» enrichi cette année avec la participation du joueur de kora gambien Jaliba Kouyateh à l’ouverture. Il sera précédé sur scène par l’as de «tama» Assane Thiam du Super Etoile. Ils serviront les premières notes de l’édition 2017. Le Congolais Lokua Kanza (acoustique, rumba et soukouss) est aussi très attendu. Tout comme Kyle Eastwood, Monty Alexander, Lisa Simone, Hervé Samb, Diknu Sch­nee­berger, Nakodjé, Nancy Murillo, Jacky Terrasson, Stanley Clarke Band, Alioune Wade  ou encore Marcus Muller qui avait fait faux bond l’année dernière pour des raisons de sécurité. Muller, désigné tête d’affiche en 2016, pourrait à lui seul faire l’apothéose. Mais celui qui fera certainement le plus courir le public sera le jazzman américain Lucky Peterson. Ce grand monsieur du jazz sera à nouveau sur la scène de Saint-Louis, deux ans après son retour triomphal dans la vieille ville où il avait déjà ébloui le public il y a plus de 20 ans. Ce retour mémorable à Saint-Louis, avec un concert de rêve gravé encore dans les mémoires, sera une bonne raison pour les amateurs de jazz de faire le déplacement. Peterson, programmé en clôture, sera sans conteste la tête d’affiche naturelle de cette 25ème édition du Saint-Louis jazz, même si les organisateurs ne veulent pas entendre parler de tête d’affiche.

Un «off» exceptionnel
Tout comme le «in», le «off» du Saint-Louis jazz 2017 sera une véritable attraction, vu la renommée des artistes musiciens qui y sont attendus. La programmation du Saint-Louis jazz a jeté son dévolu sur des musiciens sénégalais devenus des habitués de la scène de la Place Faidherbe. C’est le cas de Baba Maal dont les prestations offrent toujours de grands moments de communion. L’enfant du Fouta qui avait fait déplacer un nombreux public lors de sa dernière apparition à Saint-Louis jazz, il y a deux ans, fera bouger la Place Faidherbe. Cheikh Lô qui a joué l’année dernière reviendra avec son savoir-faire aussi singulier que palpitant. Ce tableau sera complété par Wasis Diop, l’un des meilleurs de sa génération. Lui sera une découverte pour le public de Saint-Louis. En somme, la programmation de cette année a mis tous les atouts de son côté afin que la célébration de ce quart de siècle du Festival international de jazz de Saint-Louis laisse des traces indélébiles.

La sécurité érigée en rang de priorité
Comme d’habitude, la sécurité est au cœur des préoccupations à Saint-Louis pendant les huit jours que dure le festival. Même si on est loin de la situation tendue de 2016, avec la menace terroriste qui avait amené les autorités administratives à interdire la tenue de la manifestation avant de l’autoriser quelques jours après, les organisateurs ont pris d’importantes mesures allant dans le sens d’accompagner les Forces de sécurité dans leur mission de protection des personnes et de leurs biens durant toute la durée du festival. Selon Me Ibrahima Diop, président de l’Association Saint-Louis jazz, l’organisation a mis à la disposition des autorités 2 millions de francs Cfa, représentant sa contribution à l’effort de sécurité. Ce dernier sera renforcé par une contribution financière des établissements hôteliers qui ont également décidé de participer à cet effort de sécurité. Mieux, pour éviter les incompréhensions et faciliter le travail et le partage des informations, l’Association Saint-Louis jazz a recruté un expert en sécurité, mis à la disposition des Forces de sécurité. Celui-ci jouera un rôle d’interface entre celles-ci et les organisateurs.

267 millions pour réussir la fête du jazz
Nerf de la guerre, l’argent occupe une place centrale dans l’organisation de tout évènement. C’est pourquoi les organisateurs sont jusque-là à pied d’œuvre pour obtenir les moyens de leur politique. Afin de couvrir les dépenses de l’édition 2017 du Saint-Louis jazz, ils ont tablé sur un budget prévisionnel de 267 millions. Me Ibrahima Diop, au cours de la traditionnelle conférence de presse de présentation de l’évènement, a renseigné que ce budget qui n’est pas totalement bouclé proviendra essentiellement des différentes contributions des partenaires traditionnels, mais aussi du ministère de la Culture et de la communication qui appuie généralement la mise en place de la logistique et de la commune de Saint-Louis, partenaire naturelle de Saint-Louis jazz.
Le président de Saint-Louis jazz qui ne doute pas de la bonne tenue du festival n’a toutefois pas manqué d’inviter pouvoirs publics et autres partenaires à davantage renforcer leur soutien à l’organisation du Festival international de jazz de Saint-Louis qui demeure l’évènement musical phare au niveau local. Cet appel est d’ailleurs répété chaque année sans être entendu, car depuis longtemps le festival est organisé dans des conditions très difficiles. Et en général, l’Association Saint-Louis jazz continue plusieurs semaines ou mois après l’évènement à courir après certaines contributions.
cndiongue@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here