PARTAGER

L’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd), qui devrait apporter le sourire aux jeunes de la commune de Diass, risque d’être un véritable cauchemar pour ces derniers. A quelques jours de l’ouverture de cette infrastructure prévue le 7 décembre prochain par le président de la République Macky Sall, le Conseil communal de la jeunesse ainsi que l’équipe municipale sont montés au créneau pour exprimer leurs inquiétudes. A travers un point de presse tenu dans l’enceinte de la mairie, le président du Conseil communal de la jeunesse de Diass, Ousmane Bop Ciss, a déploré la situation que vivent les populations de Diass et qui est liée à l’Aibd. «Aibd qui s’étendait  sur 2601 ha suite à une  délibération de la mairie, est aujourd’hui sur 8 000 ha. Les propriétaires des 2601 ha  ont été dédommagés à moitié, mais pour les 2000 supplémentaires, les propriétaires n’ont rien vu. Nous déplorons cette situation», a clamé le président du Conseil communal de la jeunesse de Diass.
Selon ce dernier, avec cette occupation de leur territoire, ils craignent que leur commune, qui avait une  vocation agricole, risque de ne plus voir l’agriculture prospérer à Diass.
En dehors de ces griefs, ces jeunes se disent menacés par l’urbanisation rapide de cette zone ainsi que l’implantation des usines qui vont pousser comme des champignons. «Nous avons peur que les investisseurs nous prennent notre culture, notre avenir. L’Aibd ne doit pas être un inconvénient, mais un avantage surtout pour les populations de Diass. Avec le déclassement de 40 ha pour abriter la centrale solaire, il n’y a pas eu de procédure normale, il y a eu forcing, donc pas de délibération», semble regretter Ousmane Bop Ciss.
Ces jeunes sont convaincus que l’émergence de Diass passera par l’Aibd qui fait partie des projets phare du Pse et qu’ils voudraient participer au développement de leur terroir.
Cependant, le Conseil communal de la jeunesse de Diass se dit très déçu des propos tenus par le Directeur général de l’Aibd sur l’emploi des jeunes de Diass. «Le directeur de l’Aibd ne nous considère pas et nous dénonçons ses propos disant que Diass va se contenter des emplois non qualifiés, des miettes, alors que la mairie a pris l’initiative de former cent jeunes dans les métiers de l’aéroport. Ce sont des jeunes qualifiés qui peuvent prétendre  à n’importe quel emploi au niveau de l’aéroport. Si tout cela n’a pas été pris en compte par le directeur, nous avons peur. Les 75% de la superficie de l’aéroport du point de vue territorial se trouvent à Diass. On nous avait promis le déclassement de 300 ha de la forêt classée, mais tout cela n’est que de la poudre aux yeux», se désole le président du Conseil communal de la jeunesse de Diass.
abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here