PARTAGER

Pour les délits d’usurpation d’identité, collecte illicite de données à caractère personnel, diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs, Mouhamadou Moustapha Thiam a été condamné hier à 2 ans dont 6 mois ferme.

Les dérives sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, se multiplient de jour en jour. Elles détruisent pour beaucoup de cas des vies en portant atteinte à la dignité de la victime. La dame Thioro Diop s’inscrit dans le lot de ces victimes du net. «Son objectif était de détruire mon mariage. Il l’a réussi. Beaucoup d’amis m’ont bloquée sur Facebook. Je suis abandonnée aujourd’hui par les membres de ma famille», a-t-elle témoigné hier, devant le juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar. Elle parle ainsi du prévenu Mouhamadou Moustapha Thiam, son ex-copain. En effet, le mis en cause a créé un faux compte Facebook avec le nom de la partie civile avec sa photo de profil. Avec ce compte, il se faisait passer pour la dame en envoyant des messages «indécents» à ses amis ou en publiant des images obscènes. Les enquêteurs ont découvert sur ladite page des propos tels que «beugeu lounekh avec Thioro» en affichant le numéro de téléphone de la dame. Cette dernière raconte qu’elle recevait des appels téléphoniques à n’en plus finir et des individus lui font des propositions de relations sexuelles. Pour sauver son mariage, dit-elle aux enquêteurs, elle a dû remettre 200 mille francs Cfa, une montre d’une valeur de 325 mille francs Cfa au prévenu pour qu’il supprime le compte en question. Thioro Diop a déclaré au cours de l’interrogatoire d’audience qu’elle a donné au sieur Thiam, qui ne cessait de la faire chanter, 2 millions de francs Cfa qu’elle a volés à son mari avant leur divorce. Il n’y a jamais eu de remise d’argent, a rétorqué le mis en cause. «J’ai ouvert la page, mais je n’y ai mis aucune photo obscène. Je ne l’avais pas fait dans le but de faire mal. C’était juste pour m’amuser avec elle. J’ai mis des photos, mais pas de photos nues de Thioro, ni dans une position indécente. J’y avais mis des photos d’Américains. J’ai fauté et je présente mes excuses», a-t-il avancé. Et il n’a pas nié le fait d’avoir créé un autre compte au nom d’une certaine Mariam Ba qui a été découvert par les enquêteurs. Entre le prévenu et la partie civile, c’est 11 ans de relation amoureuse. En 2015, la femme se marie avec un autre homme. Selon l’avocat de la partie civile, Mouhamadou Moustapha Thiam n’a jamais digéré cela et il a cherché par tous les moyens de disloquer le mariage de sa cliente. «Les faits d’usurpation d’identité sont constants parce qu’un faux compte a été créé avec la photo de Thioro. Pour la collecte illicite de données à caractère personnel, les faits sont aussi établis. Il se présentait comme étant la dame Thioro en utilisant son nom, ses photos, des données frauduleusement acquises par le sieur Thiam», dira Me Abdoulaye Sène. Et d’ajouter : «Il a associé le compte au site senporno. Il a présenté ma cliente comme une proxénète en donnant des rendez-vous avec des hommes dans des hôtels. Finalement, elle a été abandonnée par son mari. Il voulait tout faire pour pousser la dame à divorcer. C’est une atteinte à sa réputation, son image. Il a détruit sa vie. Ce monsieur est de mauvaise foi, il a toujours contesté les faits. Il ne mérite aucune clémence. C’est quelqu’un qui est dangereux pour notre société.» Pour tous causes et préjudices confondus, la partie civile a réclamé 15 millions de francs Cfa.
Par ailleurs, le représentant du ministère public a sollicité la relaxe du prévenu pour le délit d’extorsion de fonds, faute d’éléments probants. Pour le reste, le procureur a estimé que les faits sont constants. Il a requis une peine de 2 ans dont 6 mois ferme. La défense qui a plaidé la clémence a demandé au Tribunal de ramener «les prétentions financières de cette dame à leur juste proportion». Selon les avocats, le chantage n’est pas prouvé. Il a été condamné à 2 ans dont 6 mois ferme. Il doit allouer également à la dame 5 millions de francs Cfa en guise de dommages et intérêts.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here