PARTAGER

Le chef de l’Etat va rencontrer les membres de son Cabinet aujourd’hui. Il sera question de remerciements et de reconnaissance du travail de Oumar Youm et son équipe. A l’image du gouvernement, Macky Sall va-t-il remanier son équipe du Palais ?

C’est un agenda très chargé pour le Président réélu. Après le dernier Conseil des ministres de son premier mandat, mercredi, suivi d’un déjeuner d’adieux aux membres du gouvernement de Dionne, Le Quotidien a appris que Macky Sall se retrouvera aujourd’hui devant son Cabinet. Pour des adieux aussi. Le Cabinet du président de la République est l’autre «gouvernement» du Palais. Sa composition et ses attributions en font le cœur du (vrai) pouvoir politique. C’est pourquoi, ceux qui le comprennent préfèrent souvent être aux côtés du Président que dans une équipe gouvernementale. En effet, le Cabinet présidentiel est l’émanation de la conception et des grandes décisions. Il est le sommet de l’Exécutif et le gouvernement n’en est que l’exécutant. C’est aussi le lieu de toutes les intrigues, là où les colombes roucoulent à l’oreille du Président les stratégies politiques, économiques, électorales. Là où les faucons réclament les «petits meurtres», etc. Voilà qui en fait une grosse machine de fabrication ou de broyage des ambitions. Alors, il reste à savoir si le chef de l’Etat, qui prête serment le 2 avril, va remanier son cabinet.
Au premier des patrons du cabinet présidentiel, il y a le directeur, Oumar Youm, qui a remplacé un Inspecteur général d’Etat, Makhtar Cissé, qui, à son tour, avait pris la place d’un «militant» de l’organisation et de la méthode, Abdoul Aziz Tall. Avant ce dernier, il y a eu Mor Ngom qui avait remplacé le premier Dircab de Macky Sall, Abdoul Aziz Mbaye. Alors, Macky Sall va-t-il changer ou reconduire Oumar Youm ? Que fera-t-il des autres membres de son Cabinet comme les ministres d’Etat, les ministres conseillers, les ambassadeurs itinérants, les conseillers spéciaux, les con­seillers techniques, les chargés de mission ? Il faut souligner, puisqu’il ne s’agit pas d’un nouveau régime, que beaucoup d’entre eux pourraient rester ou changer de postes. Ces adieux pourraient être donc un simple au revoir protocolaire et républicain.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here