PARTAGER

On dirait un plan de guerre pour riposter aux accusations de Bbc. Les ministres Aly Ngouille Ndiaye, Makhtar Cissé, Mamadou Fall Kane, membre de Cos/Petrogaz, Abdou Latif Coulibaly, entre autres, se sont enfermés dans une salle. La presse, invitée à couvrir la rencontre, a finalement été zappée.

«Bonjour à tous. Vous êtes invités à assister au panel qui sera animé sur l’actualité ce dimanche au Qg de l’Apr de 11h 00 à 13h 00. Il sera animé, entre autres, par M. Makhtar Cissé, M. Latif Coulibaly, Me Sèye, M. Aly Ngouille Ndiaye, Ousmane Ndiaye et Mamadou Fall Kane (Cos/Petrogaz).» C’est la demande de couverture envoyée par Benno bokk yaakaar qui a justifié le déplacement des journalistes. Mais à l’arrivée, les cadres de la coalition présidentielle ont indiqué à la presse qu’elle n’est pas autorisée à être présente à la salle. La sensibilité du présumé scandale du pétrole, objet de la rencontre, révélé par la Bbc, serait passée par là. Les préposés à la sécurité ont reçu des instructions de ne pas laisser les journalistes accéder à la salle. Cette rencontre constituait une occasion pour la presse de pouvoir faire réagir les cadres de Bby sur cette chaude actualité dans laquelle le nom du  frère du Président est cité. S’il y a eu des journalistes qui ont rebroussé chemin, d’autres ont choisi d’attendre devant les locaux du Quartier général de la Coalition présidentielle pour tenter de tirer quelques informations de ce huis clos. Mais les panélistes ont tout fait pour éviter d’être en contact avec la presse. Tous sont sortis des locaux pour s’engouffrer dans leur véhicule. L’ancien ministre de la Santé, Abdou Fall, est l’un des premiers à quitter les lieux à bord d’un taxi, suivi de l’ancien ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, de l’ancien ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly. Un des cadres de Bby souligne qu’il s’agissait d’une «communication à l’interne».
En tout état de cause, la tension était palpable. Un agent de la sécurité s’en est d’ailleurs pris à un cameraman d’un site d’information en l’enjoignant de ne pas filmer devant les locaux du Qg de Bby. Et le cameraman de s’en défendre en faisant valoir que «c’est un domaine public et non privé». Me Ousmane Sèye, au volant de sa voiture, échange avec les journalistes qui cherchaient à décrocher une interview. La scène irrite un membre de la coalition qui ne veut que rien ne filtre. Bien que montrant une disponibilité à répondre aux questions de la presse, Ahmed Khalifa Niass non plus n’a pas été loquace. «Je suis venu assister à une conférence. Je suis venu recueillir des informations sur le côté technique du dossier. J’ai écouté», s’est-il contenté de dire avant de prendre congé des journalistes.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here