PARTAGER

Reste -t-il encore  un petit diacre de province pour sonner le glas de la France, la fille ainée de l’Eglise ? Il est sûr que Clovis et l’époque de son historique baptême sont bien loin du pays d’Edwy Plenel, de François Hollande et Jean Luc Mélenchon, du Canard enchainé et de Mediapart.  C’est de la fin de la France qu’il s’agit ici, par-delà toute considération liée au très galvaudé courant des déclinologues, auquel on associe injustement et tour à tour des intellectuels aussi divers que divergents comme Nicholas Baverez, Eric Zemmour et Jacques Julliard. Rien à voir avec les analyses pan-historiques à caractère philosophique  des intellectuels comme Emmanuel Todd, Michel Onfray, Edgar Morin et même Jacques Attali. Ils sont tous jetés dans le même sac par un patriotisme arrière-gardiste et autiste. Il y a quelque chose qui ne va pas en France et ce quelque chose est d’autant plus grave, c’est-à-dire sujet à conséquences, qu’elle touche même la civilisation. Le déclin est un phénomène naturel, qui commence dès que les enjeux de civilisation ne sont pas pris en compte dans le processus politique. Le déclin de la France a peut-être commencé à partir de la Révolution de 1789. Ceci ne dépend pas forcément du point de vue, c’est-à-dire du bord où on se situe. Comme toutes les révolutions, elle a tué l’âme même de la France, à travers la Terreur de Robespierre et le massacre des chouans, et encore et encore…
Les rapports consubstantiels entre la Révolution et le déclin ne sont jamais analysés avec sérénité. Le déclin est d’abord politique, ce n’est pas un événement historiquement parlant (un événement est brutal), c’est une marche lente et non moins implacable et insidieuse. Le début du déclin ressemble toujours à un acte fondateur. Le terme déclinologue ou décliniste est usité pour discréditer une pensée rigoureuse et réaliste, qui épouse les contours d’une histoire de France en fin de parcours. Mais la finitude fait peur et rebute les Français, qui pensent qu’elle a forcément un contenu eschatologique. Cependant, elle n’a ici rien à voir avec la fin des temps, à la disparition totale dans le Néant. Les civilisations, les cultures et même les langues ne disparaissent jamais dans la totalité, leur substrat survit, se recycle et renait en d’autres termes, d’autres modalités de vie. Cette transmutation culturelle et civilisationnelle reste inadmissible pour des «souverainistes» comme Marine Le Pen, Philippe De Villiers, et même François Fillon,
Ils sont nombreux aujourd’hui, sur la liste du gouvernail politique, à faire figure non pas de proue mais de faiblesse intellectuelle et morale, incapables qu’ils sont de comprendre les enjeux de civilisation pour la France. Qu’ils soient Marine Le Pen, François Fillon, Benoit Hamon ou Emmanuel Macron, la France est dans une période de décadence culturelle. François Mitterrand reste et demeure le dernier grand président français. Si Rome, Athènes et Alexandrie sont tombés autrefois, pourquoi pas la France aujourd’hui. Un artiste français a vu juste, qui dit en substance: «Un pays où Louis de Funès et Johnny Hallyday sont toujours des stars adulées, est un pays en déclin». Cela se passe de commentaire. Je ne connais pas un seul pays au monde qui ait donné naissance à au moins dix grands écrivains de génie tous les cent ans depuis le moyen âge,  en passant par le XVème siècle des Jean Michel, Arnoul Gréban et Eustache Marcadé, jusqu’à Marcel Proust et Louis Ferdinand Céline. La France reste la capitale mondiale de la littérature, mais elle n’a presque plus de grands écrivains. Yves Bonnefois et Jean Marie Gustave Le Clézio sortent du lot !  «Rien de grand ne se fait plus en France», a dit le très «méchant» Achille Mbembe.
Mais le plus marrant est un phénomène aussi renversant que paradoxal. Au moment où la France et même l’occident déclinent, les autres parties du monde s’occidentalisent, y compris la Chine, le Japon, l’Inde, l’Arabie. L’Afrique est le continent qui s’occidentalise le plus lentement, surtout au plan artistique. Personne ne peut imaginer en Afrique le nombre de concerts de musique tonale classique occidentale qui se déroulent au Japon chaque année. Malheureusement, l’occidentalisation du monde surtout de l’Afrique au plan intellectuel n’est pas étudiée sereinement. Il n’y a que le secours visionnaire du poète Césaire pour nous éclairer: «Écoutez le monde blanc/ horriblement las de son effort immense/ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures/ses raideurs d’acier bleu transperçant la chair mystique /Écoute ses victoires proditoires trompéter ses défaites//écoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement/  Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !» Peut être que la France est un pays fatigué !

Par Khalifa TOURÉ – sidimohamedkhalifa72@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here