PARTAGER

A chacun sa petite querelle de chapelle ! Au moment où l’on demande aux hommes politiques sénégalais de chercher des parrains comme s’ils n’avaient pas de père, la terre continue de tourner autour d’elle-même et autour du Soleil, «le grand astre». Il y a plus de changement et de révolution dans la nature que dans la culture, surtout politique, lorsque les faux changements se hérissent en tissu de velours et la révolution fleurit en œillets pour bien finir par se faner. Notre culture de la manigance flagrante finira en eau de boudin. Son odeur faisandée ne sera que l’expression olfactive de la putréfaction de la vertu qui s’en va. Ils ont tous oublié que la Nation n’a pas de père sinon un père inconnu, mais les hommes, les personnes, les individus et les organisations ont toujours des pères. L’Etat a un père lointain et connu, cela suffit pour exister culturellement et politiquement. Mais qui va frapper le premier ? Le temps du conflit est arrivé. Beaucoup passeront l’arme à gauche après avoir dégainé tardivement. Beaucoup de politiciens du Bien comme du Mal avaleront leur bulletin de naissance. Les plus chanceux seront recyclés dans le «Royaume des ombres», ils reviendront très utiles, en cancrelats nettoyeurs dans les fosses septiques de la vie. Tout cela n’empêchera pas la Casamance d’être verte, l’harmattan de souffler et les mamelles de Ngor de rappeler la mère nourricière.
Que valent nos vies humaines polluées par la cacophonie politique et le brouillamini d’une fausse musique qui n’élève pas l’âme ? L’âme d’un musicien vient de nous quitter, il jouait grave et bas, histoire de nous rappeler la gravité et le blues de notre existence. Prions pour le molosse de la maison qui protège nos balades nocturnes ! Il est des hommes qui n’ont jamais été chien dans une autre vie. Pourquoi la vie serait-elle chienne sous la plume des écrivains lors même que l’ancêtre «Kilab» du dernier Prophète-Paraclet dirigeait une meute de chiens ? Il n’y a vraiment jamais eu de grande querelle en ces derniers temps. La surpolitisation faussement intelligente offre à l’homme moderne un chic illusoire et mensonger, un maniérisme intellectuel sous des airs de savant surinformé. Mieux vaut être renseigné que d’être informé ! Les politiques sont indignes de notre saine colère qui devrait aller à la civilisation humaine, à nos origines biologiques, au changement climatique, aux villes qui vont disparaître, au Sida, à la syphilis qui a disparu et peut revenir. Que seront Saint-Louis du Sénégal, Rufisque et Dakar dans soixante-dix ans ? La plaie béante d’Egypte qui menace notre pays, le monde, la civilisation est la crise de l’éducation, et dans celle-ci, l’absence de transmission. On demande maintenant aux enseignants de cesser d’être des maîtres ! Ce fut le début de quelque chose de très mauvais qui nous submerge aujourd’hui.
Les médias et l’imbécilité contemporaine, autrement dit la faiblesse morale et l’esclavage de la pensée uniforme auront fini par déplacer les pôles mystiques du monde. De nos jours, les hommes prient dans la direction de l’actualité du monde tôt le matin, sous forme de revues de presse. L’effacement des symboles traditionnels détruira le monde. Il n’y a de sacré que dans les symboles. Revenons aux directions traditionnelles, sans oublier le sort de l’Humanité ! Un peu d’inactualité ne fait pas de mal. Ne serait-ce que matin et soir une tasse d’intemporalité. La plupart des religieux se vautrent dans le lit de la géopolitique sans spiritualité. Mais soyons réalistes, avant la fin du cycle de la religion de l’actualité, les hommes vont se faire la guerre peu ou prou. Mais qui va frapper le premier ? Personne ne sait, en ce monde où les lignes sont fuyantes. Un brouillage axiologique vient de frapper le monde. Seul Dieu sait ! Mais Dieu n’a pas d’existence, Il est l’existence même, Il est ! Il est tellement visible qu’il est caché ; d’où son inaccessibilité. Tout est là, le sort du monde, le but des hommes, le mouvement de la terre, les montagnes qui bougent, le grouillement effrayant du monde marin. Ceux qui tentent d’observer le monde politique et qui pensent avoir trouvé quelque chose, selon une science préétablie, ont oublié que de tout temps ce sont «les têtes anciennes» qui dirigent ce monde, choisissent les rois et les reines, désignent les chefs d’Etat, imposent les dictateurs, les bons, les justes, les preux, les intrépides, les mous parmi les dirigeants de ce monde. Qui sait où ils se réunissent ? Se réunissent-ils vraiment ? Ils sont combien ? Sept ou neuf ? Les fripouilles d’hommes politiques sans foi ni loi les auraient mis à mort pour tenir définitivement la barque politique. Mais ils sont protégés par la puissante administration Karmique. Les dés sont jetés pour les hommes politiques. Seul Dieu sait vraiment !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here