PARTAGER

En lançant sa candidature hier à la Place du Souvenir, Pape Diop a présenté les réformes qu’il compte entreprendre s’il est élu président de la République en 2019. L’ex-maire de Dakar entend prêter serment devant un jury d’honneur pour montrer sa bonne foi.

L’exercice épouse les allures d’un meeting d’investiture. Passion et engagement en bandoulière, des centaines de militants de Bokk gis gis, habillés de tee-shirts bleus à l’effigie de Pape Diop, ont inondé la Place du Souvenir hier dans le cadre de la présentation de candidature de l’ancien maire de Dakar à la Présidentielle de 2019. Afin de marquer les esprits, 4 chaines de télévision privées ont retransmis l’évènement en direct. Bien engoncé dans son costume noir assorti d’une cravate bien scotchée dans sa chemise blanche, Pape Diop a livré une partie de son programme qu’il compte présenter aux Sénégalais en janvier 2019. En attendant, l’ancien président du Sénat et de l’Assemblée nationale promet de faire un mandat unique si les Sénégalais lui font confiance. «Je m’engage, une fois élu, à ne faire qu’un mandat unique de 5 ans», lance-t-il sous les vivats du public.

«Macky Sall est prenable et il le sait»
D’après le président de la Con­vergence démocratique/Bokk gis gis, ce magistère sera mis à profit pour opérer des «ruptures» et engager des réformes qu’exige la situation du Sénégal. Ainsi, il promet de mettre un terme à «l’hérésie institutionnelle» que constitue la présidence du Conseil supérieur de la magistrature assurée par le président de la République. Dans le même ordre d’idées, soutient Pape Diop, le ministre de la Justice «ne siégera plus au sein du Csm». S’agissant de la bonne gouvernance, «les corps de contrôle ne seront plus sous la tutelle de la présidence de la République, de garantir plus d’autonomie et une plus grande liberté d’action aux magistrats».
En outre, Pape Diop s’engage à quitter la tête de son parti, une fois élu chef de l’Etat. Des engagements qu’il compte réitérer devant un jury d’honneur avant la Présidentielle pour montrer sa «bonne foi». Devant Mamadou Diop Decroix, Oumar Sarr, Me El Hadji Amadou Sall, Doudou Wade, entre autres responsables de l’opposition, il a appelé à des «coalitions crédibles». «Macky Sall est prenable et il le sait. Tous les sondages qui ont été réalisés ne lui donnent pas plus de 32%. Il a dit qu’un sondage lui donne 54% et qu’il veut plus. C’est faux parce qu’il n’a pas 54%, il a 30%», conclut-il.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here