PARTAGER

La mauvaise qualité de la pelouse du stade Senghor a été reconnue par tous les acteurs au lendemain des deux sorties des Lions. A l’issue de notre «tour de terrain», tous nos interlocuteurs sont formels, en soutenant qu’ils ne sont pas surpris d’une telle situation.
D’ailleurs, tous entonnent la même phrase : «Quand on met de côté Cheikh Ndiaye, le spécialiste du gazon du stade Léopold Senghor depuis plus de 20 ans et connu de tous dont d’anciens internationaux et un certain Feu Bruno Metsu qui n’a eu de cesse de lui tresser des lauriers, on ne peut que récolter un tel résultat», peste un de nos interlocuteurs. Qui poursuit sur un ton amer : «Dans ce pays on n’aime pas les compétents et c’est dans tous les domaines. Et c’est pourquoi on aura toujours des problèmes et de mauvaises surprises.»
Un autre d’ajouter : «Au lieu de responsabiliser notre spécialiste-maison, on préfère prendre des entrepreneurs qui font de la sous-traitance. Et le pire est que ces entrepreneurs n’ont aucune connaissance en matière d’espaces verts.»
Une balle saisie au rebond par nos interlocuteurs pour déplorer la manière dont les travaux de réhabilitation de la pelouse ont été menés. «Tout le monde sait que ces travaux ont été bâclés. Quand le décapage n’est pas bon, le gazon ne peut avoir une longue vie. Vous avez vu le terrain annexe, il y a une nette différence. C’est la preuve qu’on n’a pas fait du bon travail au niveau du terrain officiel où finalement on a dépensé des millions pour rien.»
En fait, le constat est que les gens ont bâclé le travail. Du coup, techniquement, il sera difficile d’avoir une pelouse de qualité d’ici peu. Du moment où le travail a été mal fait au départ, tout exercice sera du bricolage. En attendant qu’on se donne le temps d’avoir un gazon naturel au vrai sens du mot.
Aujourd’hui à la retraite, le doyen Cheikh Ndiaye est sûrement en train de rire sous cape.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here