PARTAGER

Un an seulement après son arrivée en Ligue 1, l’international sénégalais de 23 ans repart affoler la Serie A. Un transfert qui met autant en exergue un mariage princier décevant que les nouvelles ambitions de l’Inter.

C’est peut-être l’habitude, mais il est possible que vous ne trouviez personne pour s’émouvoir particulièrement du départ de Keïta Baldé. Sans pour autant le minorer. Si la durée d’un séjour est souvent plutôt courte en Principauté, la saison unique est généralement réservée à deux types de joueurs : les cracks que l’Europe s’arrache avec fracas, et les erreurs de casting que l’on s’empresse de chasser dans un relatif anonymat. C’est ainsi à Monaco, où l’on réussit à aimanter les yeux du monde ou on prend la porte de derrière. Keïta Baldé vient pourtant de confirmer sa singularité en inventant une troisième voie.

L’a-t-on vraiment connu ?
Il faut saisir l’occasion de faire une bonne première et dernière impression, alors l’ancien Laziale a décidé d’en laisser deux assez éloignées : l’impression statistique et l’impression visuelle. Le Louis-II l’attendait plutôt sur la deuxième, Keïta Baldé a choisi la première. Se sachant bientôt orpheline de Mbappé, l’As Monaco avait arraché l’attaquant à la Lazio malgré la concurrence -réelle ou orchestrée- de la Juventus. Ça devait être lui le nouveau joueur frisson. Et c’est en cela qu’il a forcément déçu. Pas si impressionnant que cela dans l’élimination et trop peu travailleur, il n’a jamais su conquérir un côté du 4-2-3-1 monégasque, réservant finalement ses partitions les plus raffinées pour les rares opportunités qu’il a eues dans l’axe. Il faut lui reconnaître, cela dit, un goût certain pour les moments clés. Au cœur de l’hiver, il a contribué activement à maintenir son équipe dans le coup lors des rencontres au Vélodrome et face à l’OL (malgré un carton rouge), alors que le podium semblait prêt à se dérober. Couplé à ses statistiques plus qu’honnêtes (8 buts et 11 passes décisives en 33 matchs, toutes compétitions confondues), c’est suffisant pour faire de l’international sénégalais un peu mieux qu’un échec. Mais trop peu pour nourrir les souvenirs d’un Rocher duquel s’envolent des merveilles presque chaque saison.

Serie A, le revoilà
A l’Inter, Keïta Baldé retrouvera donc un championnat où sa cote est encore intacte, chez un monstre en reconquête, contre qui il avait clos son aventure romaine en mai 2017 par un but et un carton rouge. Assez rare pour être souligné : Monaco fait une opération quasi blanche, loin de ce qu’il avait projeté. Un prêt payant de 5 millions d’euros, auquel devrait s’ajouter une option d’achat -a priori non automatique- de 34 millions (seulement une demi-douzaine de millions de plus que ce que le joueur a coûté à l’Asm, entre transfert et salaire). Preuve que l’envie de le retenir n’était pas immense, pour des raisons qui vont peut-être au-delà du sportif. Mais voilà Monaco une fois de plus dépourvu d’un profil rare dans son effectif, que seul le jeune Jordi Mboula possède. Il sera intéressant d’observer si Vadim Vasilyev remplace Baldé par un joueur d’envergure, ou s’il laisse Jardim à la merci de l’inexpérience de son groupe.
Chez les Nerazzurri, le joueur formé au Barça et à la Lazio, devra bouger la concurrence sur les côtés, l’axe paraissant bouché. A gauche, son couloir préféré, le vice-champion du monde Perišić part évidemment avec une grosse longueur d’avance. A droite, le trop prévisible Can­dreva -un temps évoqué dans la transaction- pourrait ne pas lui résister bien longtemps. Faut-il encore que Baldé donne du corps à son jeu et prouve qu’il peut être aussi à l’aise dans un 4-2-3-1 que dans un 4-3-3 – ou en second attaquant dans un 4-4-2. Ça n’a pas sauté aux yeux cette saison. Il lui faudra aussi regarder derrière, car Politano et Karamoh-si ce dernier n’est pas sacrifié- auront leur mot à dire. Beaucoup de paramètres à coordonner pour la réussite d’un espoir attachant, mais qui a désormais 23 ans. Un âge où les véritables phénomènes ont déjà pris le pouvoir.
Avec Sofoot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here