PARTAGER

L’Initiative pour des élections démocratiques est désormais la plateforme pour la mise en place d’un large front démocratique et social de résistance contre «les manipulations constitutionnelles et électorales» dont le parrainage. Cette structure qui réunit 27 partis politiques, mouvements citoyens, organisations démocratiques et sociales signataires a été lancée hier par le Pds et ses alliés.

L’Initiative pour des élections démocratiques (Ied) devient Front démocratique et social de résistance (Fdsr). Une plateforme de 27 partis, mouvements citoyens et d’organisations sociales qui entendent faire face au régime de Macky Sall, à commencer par le combat contre les «manipulations constitutionnelles et électorales». Un des points chauds de ce combat reste le projet d’instauration du système de parrainage pour les candidatures à la Présidentielle prochaine. Dans l’immédiat, le Fdsr exige le retrait des projets de loi introduisant «unilatéralement le parrainage piégé» qui devraient être examinés en plénière jeudi prochain. A la place, le Pds et ses alliés qui étaient en conférence de presse hier au siège de Bokk gis gis veulent «une véritable démocratie politique, électorale, sociale et citoyenne». Ils invitent à cet effet «l’ensemble des forces vives nationales à la mobilisation» le jour du passage desdits projets de loi devant l’Assemblée nationale.
Mais Mamadou Lamine Diallo et Cie élargissent leurs points de revendication au respect du processus électoral en général. Il s’agit, entre autres, de «la distribution transparente des cartes d’électeur par des commissions compétentes, de l’implication des partis et des structures de contrôle du processus électoral, de la poursuite de la campagne de révision exceptionnelle des listes électorales jusqu’au mois d’août». Bref, le Fdsr veut un Code électoral «expurgé des modifications honteuses introduites subrepticement par le gouvernement pour sécuriser le système de fraude électorale tout juste après les élections législatives de 30 juillet ou à la veille de la Présidentielle par le système de parrainage».
En outre, le front opte pour la séparation du vote des militaires et de celui des civils pour éviter «l’utilisation abusive des ordres de mission», «l’arrêt définitif des répressions politiques et l’instrumentalisation de la justice pour cibler les candidatures à l’élection présidentielle prochaine», la mise en place d’une «commission arbitrale désignée conjointement par le pouvoir, l’opposition, les non-alignés et la société civile, capable de conduire des négociations sérieuses». Enfin, la plateforme propose la mise en place d’une «Haute autorité indépendante et d’un juge indépendant à la place du Conseil constitutionnel pour l’administration, l’organisation des élections et la proclamation des résultats».
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here