PARTAGER

Cgf Bourse a rejoint le cercle des partenaires du Bureau de mise à niveau (Bmn). Les deux structures ont paraphé hier, une convention de partenariat, en vue de mettre en commun leurs expertises au service des entreprises sénégalaises, notamment les Pme-Pmi.

Dans le cadre de l’accomplissement de sa mission, le Bureau de mise à niveau (Bmn) vient de décrocher un autre allié de taille. Cgf Bourse, Société de gestion et d’intermédiation (Sgi), a rejoint le cercle de ses partenaires «stratégiques». Ainsi, les deux structures ont signé hier, une convention de partenariat, en vue de mettre en commun leurs expertises au service des entreprises sénégalaises, notamment les Pme-Pmi.
Un partenariat qui, aux yeux du Directeur général du Bmn, «revêt une importance capitale pour les deux structures». En effet, explique Ibrahima Diouf, «les Pme représentent aujourd’hui, 70% du portefeuille du Bmn. Elles s’activent dans les secteurs à fort potentiel notamment de l’agroindustrie, du tourisme, de l’hôtellerie, de la transformation des produits de la mer, de l’économie numérique, des Btp ou de la logistique.
La plupart d’entre elles expriment un besoin de financement interne pour réaliser leur plan de mise à niveau, mais l’accès aux concours bancaires ou à d’autres sources de financement reste difficile et constitue un obstacle majeur à l’atteinte des objectifs que se fixe le Bmn. On trouve ces contraintes de financement essentiellement dans la proportion des Pme dont le chiffre d’affaires est inférieur ou égal à 500 millions de francs Cfa.
A ce jour, seules 30% de ces Pme trouvent un financement bancaire, 15% d’entre elles sont financées sur fonds propres et 55% sont toujours en attente de financements».
Ainsi affirme-t-il, «le Bmn compte beaucoup sur cette collaboration avec Cgf Bourse, pour permettre aux Pme éligibles à leur programme, de bénéficier de conseils avisés et de la levée de fonds pour réaliser leur plan de mise à niveau et assurer leur développement».
A ce propos précise la Direc­trice générale de la Sgi : «Notre rôle, c’est à travers notre accompagnement sur des activités de formation au niveau du financement, identifier les besoins, voir ensemble comment financer ces besoins, que ça soit en termes de haut de bilan ou à travers la recherche de partenariat technique et financier». Car, argue Marie Odile Sène Kan­toussan, «une entreprise a une évolution et dans le cadre de son évolution, il y a tout un parcours et à chaque étape de son parcours, il y a des décisions qui doivent être prises et ces décisions doivent être prises au bon moment. Rien de tel que le regard d’un expert externe pour pouvoir analyser ensemble et prendre les décisions qui s’imposent avant que d’autres situations ne se présentent et empêchent l’entreprise d’atteindre des niveaux qui pouvaient être atteints si des décisions ont été prises au bon moment».
Au-dela du financement, Cfg Bourse intervient aussi sur des activités de conseils dans le cadre la restructuration. «Aujourd’hui, une entreprise peut se retrouver dans une situation d’endettement qui mérite une analyse qui permet de pouvoir restructurer cette dette. Nous sommes là, à côté des partenaires financiers pour pouvoir regarder ensemble comment accompagner l’entreprise dans la restructuration», soutient Mme Kantoustan. Qui promet que toutes ces questions, entre autres, seront abordées avec le réseau des Pme-Pmi qui sont en partenariat avec le Bmn, dans le cadre de tables rondes.
Suffisant pour que Ibrahima Diouf espère un effet catalyseur de cette collaboration au niveau de l’entreprise. Car pour lui, les interventions successives du Bmn et de Cgf Bourse devront permettre à la Pme d’accéder à des financements privés tiers innovants grâce à sa plus grande capacité d’épargne, donc d’investissements.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here