PARTAGER

Pour augmenter l’offre de soins pour les bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (Cmu), l’Usaid, via Shops+, appuie l’Etat du Sénégal à travers un projet-pilote qui intervient dans les départements de Kaolack, Thiès et Rufisque. Pour l’élargir à l’échelle nationale, l’Agence de la Cmu a signé hier une convention-cadre avec l’Alliance du secteur privé de la santé (Asps). Le partenariat vise à renforcer l’attractivité des mutuelles sociales et accroître l’offre de soins de qualité, mais aussi à mieux vulgariser le projet d’implantation des partenaires privés dans la politique de Cmu et de formaliser le partenariat.
Il s’agit surtout de définir le cadre de collaboration entre l’Asps et l’Agence de la Cmu pour l’implantation des prestataires privés de la santé dans la politique de Cmu. «En travaillant avec le secteur privé qui est un peu partout au Sénégal, on permet à nos bénéficiaires d’accéder plus facilement aux soins», a expliqué Mamadou Bocar Daff, qui rappelle que la Cmu couvre environ 7 à 8 millions de personnes.
L’autre explication est relative à la bonne qualité des soins offerts par le secteur privé. «Une qualité qui constitue des raisons valables pour fidéliser les bénéficiaires», d’après le Dg de la Cmu. Quid des tarifs de prestations souvent élevés dans le privé ? «L’agence de la Cmu mène des études pour discerner les tarifs appropriés afin de définir ceux préférentiels», renseigne Dr Mamadou Bocar Daff qui compte sur la compréhension du secteur privé pour les accorder aux mutualistes. Il promet d’ores et déjà l’accompagnement de l’Etat qui compte mettre en place un fonds de garantie pour assurer la solvabilité des mutuelles de santé. «Il s’agit de négocier ces tarifs, mais de sorte qu’il n’y ait pas de préjudices importants», a dit Ardo Ba. Cependant, informe le président de l’Alliance du secteur privé de la santé (Asps), l’Agence de la Cmu devra négocier séparément avec chaque entité de la santé privée, notamment les pharmaciens, les dentistes, les cliniques privées, qui vont déterminer les conditions et les tarifs des soins. Sans être précis, Dr Daff a annoncé prochainement les Assises nationales de la Cmu. «Je pense que c’est là que les problèmes vont se régler parce que toutes les parties prenantes seront là et ce qui en sortira sera un consensus auquel tout le monde adhérera. Et s’il y a un fonds de garantie qui est mis en place, les prestataires seront sécurisés et nous pourrons faire avec les mutuelles comme nous avons fait avec les Ipm», a indiqué le président de l’Asps.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here