PARTAGER
Bachir Kanouté Coordinateur excécutif enda ecopop

Les élus et acteurs locaux échangent depuis hier sur la charte de la participation citoyenne  et du droit  à la Cité. Cette charte, explique-t-on, est un référent fondamental, un contrat social et moral  pour les citoyens et les autorités locales du Sénégal. Elle organise la concertation et la coopération entre eux et contribue à la construction de projets collectifs autour des politiques et actions publiques locales. L’ins­tru­ment a pour objectif de définir et de garantir des règles essentielles pour l’exercice effectif des rôles et responsabilités  qu’imposent les charges d’autorité locale et pour la promotion des droits et des devoirs de chaque citoyen de la Cité.
Elle entre dans le cadre du plan d’Enda Ecopo et du Pro­gram­me national de développement local (Pndl) de mise en œuvre du projet participatif  visant la promotion de la participation citoyenne dans la planification, la budgétisation et la gestion  des affaires locales. Prévu pour 3 ans, ce plan qui a démarré en 2015, couvre 105 collectivités territoriales et  constitue la 2e phase d’une 1e expérience tentée par Enda Ecopop et le Pndl, dans le cadre de la convention établie entre ces deux institutions. Il vise à promouvoir une gouvernance participative, transparente et efficace  des collectivités territoriales sénégalaises par la pratique du budget participatif (Bp) dans les 14 régions du pays.
Cette rencontre a aussi permis l’échange sur la mise en place d’un réseau sénégalais des collectivités territoriales du Bp, notamment sur le statut, le règlement intérieur et le bureau dudit réseau. D’après le directeur d’Enda Ecopop, Bachir Kanouté, «Sur les 105 communes, 45 sont déjà accompagnées et 30 nouvelles vont rejoindre la dynamique et signer la convention».
ksonko@lequodien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here