PARTAGER

Utiliser le slam pour redonner goût à la lecture : C’est l’entreprise dans laquelle s’est lancé l’artiste Marcel Cassien Badji alias KSI Apakéna. C’est un «Hommage à la poésie» que l’auteur propose dans son premier livre du même nom. Un documentaire et un manuscrit vont suivre dans la même logique.

C’est ce qu’on appelle être engagé : Alors que la tendance est à la conception de support à but exclusivement lucratif en essayant de plaire à un public large, l’artiste Marcel Cassien Badji alias KSI Apakéna a choisi de participer de manière positive au développement de l’Afrique. En effet, le slameur a présenté hier son premier livre. Si pour le moment Hommage à la poésie n’est disponible que sur format numérique, ce livre est destiné aux élèves. Son but est de réconcilier cette jeunesse perdue dans la magie du clic avec la lecture. C’est dans cette logique que Marcel Cassien Badji a privilégié le format numérique qui n’est qu’un élément parmi les 3 composantes de ce projet. Ainsi, Hommage à la poésie comprend un manuscrit, un livret et un documentaire. Ces différents supports seront exploités pour rendre hommage aux poètes, surtout africains, qui ont marqué l’histoire de ce genre littéraire tels que Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Léon Gontran Damas, David Diop ou encore Victor Hugo et Charles Baudelaire par le Slam. Pour Racine Senghor, KSI est un pédagogue. Il utilise «la technologie pour susciter l’envie de découvrir, de comprendre afin d’expliquer» ce qui nous entoure, a expliqué le directeur du Monument de la renaissance. Et sur le fait d’utiliser le slam par KSI afin de parvenir à ses fins, Racine Senghor précisera que «l’Afrique gagnerait à revenir sur l’oralité, car elle permet de gagner du temps. Marcel a pris la partie pour la formation des jeunes. Et cela, pour permettre de savoir que demain leur appartient. Il montre que l’Afrique est le berceau du monde, mais aussi son avenir». Après la présentation du livre, la direction du Livre, le Cabinet du ministre de la Culture, la Fédération des écoles catholiques entre autres ont assuré à l’artiste leur engagement à appuyer le projet.
Poète, slameur et designer, KSI Apakéna est connu des milieux d’expression artistique. Son deuxième album, Ma peur, est la somme du jazz et du slam. Le titre Salam en est le plus bel exemple. Avant cette production, KSI Apakéna est resté 5 ans sans proposer de single. C’était le temps de maturation de son premier album Kayro kassumay, dédié à la crise en Casamance. Naturellement, la paix y est déclamée sur fond de reggae.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here