PARTAGER

Les professeurs d’Eps, qui ne sont pas encore concernés par la reprise des cours prévue le 2 juin, essaient de corriger cette anomalie et rappellent que les examens ne peuvent pas se faire sans cette épreuve.

Exclus de la reprise des cours, les professeurs d’éducation physique et sportive (Eps) essaient de corriger cette anomalie. Dans une note adressée au ministère de l’Education nationale, ces enseignants ont émis le souhait de voir la reprise des enseignements d’Eps dans les établissements scolaires à partir du 2 juin. «De cette manière, l’Eps aidera, de manière certaine, à faire face aux multiples dégâts collatéraux dus à la pandémie du Covid-19. En effet, n’est-il admis que «le sport nourrit l’esprit et entretient le corps» ?», selon ces professeurs. En effet dans la lettre, ils avancent des arguments favorables à leurs yeux, à l’organisation des épreuves physiques du baccalauréat, du Brevet de fin d’études moyennes (Bfem) et du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee). Ils rappellent en effet que les épreuves se déroulent dans un espace libre aéré, sans confinement, donc la distanciation physique est naturelle. Mais aussi chaque candidat effectue son exercice seul et sans contact. Ces professeurs estiment qu’il est important de constater aussi que les différents examens certificatifs utilisent des activités physiques dites individuelles à savoir la gymnastique, les courses, les sauts. Et de ce point de vue, ajoute la note, toutes les mesures préconisées par les autorités sanitaires sont plus que jamais respectables.
Il est aussi mentionné que «l’évaluation en éducation physique et sportive au Bfem, au Baccalauréat comprend deux (02) disciplines : une épreuve d’athlétisme notée sur vingt (20) et composée de concours et de courses ; une épreuve obligatoire de gymnastique obligatoire notée sur vingt (20); la note du candidat est obtenue en faisant la demi-somme des notes obtenues dans ces deux épreuves». En outre, la lettre explique qu’ «au Cfee, les épreuves sont constituées de course, de lancer d’adresse et de saut. Chaque candidat obtient une note sur vingt (20). Les candidats obtiennent des notes issues de l’organisation des épreuves physiques à l’échelle nationale conformément aux textes précités. La prise en compte des notes de contrôles continus constituerait une violation des textes en vigueur et porterait atteinte à la crédibilité des différents examens nationaux».
Par ailleurs, les signataires ont soutenu qu’il s’agit d’une discipline obligatoire aux examens du Cfee, du Bfem et du Bac où seuls les candidats déclarés inaptes par un certificat médical délivré par l’Inspection médicale des écoles (Ime) de la région à l’inscription ou en cours d’année scolaire en sont dispensés.
D’ailleurs, ils ont élaboré un plan proposé à la tutelle. Cette planification prévoit ainsi le passage des élèves par petits groupes de vingt-cinq (25) candidats, encadrés et gérés chacun par un évaluateur. Sur ce, les épreuves pourront se dérouler le matin de 9 heures à 12 heures, l’après-midi de 16 heures à 18 heures. Ainsi pour le Cfee, c’est la date du 22 juin 2020 qui a été proposée, pour le Bep, le Bt, le Cap, le 1 juillet 2020, le Baccalauréat général et technique à partir du 6 juillet 2020 et le Bfem à partir du 20 juillet 2020. Et pour les épreuves, les candidats vont choisir une épreuve de course et une épreuve de concours, la gymnastique est obligatoire. Cependant, le lancer de poids, le grimper et les courses de demi-fond (600 m et 1000 m) seront éliminés, parce que les candidats utilisent et partagent les mêmes engins, ce qui n’est pas en conformité avec le respect des mesures barrières. Pour protéger candidats et examinateurs, ces professeurs d’Eps souhaitent la mise en place d’un dispositif d’utilisation du gel hydro-alcoolique et de lavage systématique des mains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here