PARTAGER

Malick Gakou réclame un débat public face à Macky Sall sur le Pse et le Pass. En attendant, le leader du Grand parti exige des excuses au président de la République sur ses propos sur la colonisation.

L’exercice épouse les contours d’une Présidentielle américaine. Devant un parterre de militants et de journalistes, Malick Gakou, taillé dans un costume bleu nuit assortie d’une cravate, se présente devant un pupitre et serre le poing au ciel. Tel un candidat en pleine séance de persuasion, il tourne en bourrique le tome 1 des «Convictions républicaines» du président de la République, lancé vendredi par Macky Sall. Le leader du Grand parti en profite pour convier le chef de l’Etat à un débat public. «Comme le Président accepte maintenant le débat d’idées, le débat de projet, le débat de programme, je voudrais solennellement l’inviter à un débat contradictoire devant la Nation, le Peuple sénégalais sur le Pse et le Pass. Je l’invite à venir avec tout son gouvernement contre moi la semaine prochaine», a défié M. Gakou, ovationné hier lors d’une conférence de presse.
Le président du Grand parti se réjouit cependant que le Président Macky Sall le «rejoigne enfin» sur le terrain des idées. Pour autant, Gakou qualifie les «Convictions républicaines» de «58 discours sur les institutions, la gouvernance, la paix, la sécurité et le développement». Il regrette : «On comprend alors pourquoi, en dehors de leurs incan­tations sur le Pse, le Président Sall et son régime ne s’étaient pas engagés jusqu’ici sur un débat d’idées. Si, après 6 années, Macky Sall n’a rien à mettre entre les mains des Sénégalais que de la littérature et de la rhétorique sur les institutions et la gouvernance, c’est que non seulement son bilan est inexistant, mais aussi il est mal armé pour parler de programme.»

«J’exige du Président Macky Sall qu’il présente ses excuses»
En outre, Malick Gakou dénonce les propos «outrageusement blessants» du Président Sall qui déclarait que «les Français sont nos amis, car nos tirailleurs avaient droit à des desserts contrairement aux autres Africains». Le patron du Gp considère cette sortie comme une «atteinte à l’honneur et à la dignité du Peuple africain». Gakou se veut intransigeant : «J’exige du Président Macky Sall qu’il présente ses excuses et demande pardon à l’Afrique, à tous les tirailleurs pour ses propos déphasés et totalement inappropriés sur la colonisation.» Par ailleurs, il pose une condition à Macky Sall pour un dialogue sur le pétrole et le gaz : la déclassification du rapport de l’Inspection générale d’Etat sur Petro Tim, un «grand préalable» à ses yeux. Interpellé sur les propos polémiques de Idrissa Seck, Gakou compte s’entretenir avec le leader de Rewmi avant de prendre position.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here