PARTAGER

Babacar Gaye n’exclut pas de travailler avec Macky Sall qu’il a combattu depuis 2012. Une transhumance en vue pour l’ancien porte-parole des Libéraux, pourtant pourfendeur invétéré de cette pratique très répandue dans le paysage politique. Mais l’ancien porte-parole du Pds semble prendre les devants avec sa propre définition de la transhumance. Ce passé n’est pas très lointain.

Babacar Gaye prépare-t-il l’opinion à une transhumance ? «Je n’ai plus de contrainte morale pour refuser une offre du président de la République, y compris Ousmane Sonko demain. (…). Ma seule gêne, c’est que j’étais avec le Président Abdoulaye Wade et je ne voulais pas passer pour un traître. Cet obstacle est derrière moi. Il reste maintenant avec qui dois-je parler. Quiconque me demande de venir travailler avec lui dans l’intérêt du pays, je lui répondrai. Et puis, ce que je dis engage aussi Oumar Sarr et les autres», a déclaré lundi, l’ancien porte-parole du Pds à l’émission Matinale Toc toc d’Itv. Babacar Gaye, Oumar Sarr, El Hadji Amadou Sall ont définitivement quitté le Pds cette semaine et annoncé la création d’un nouveau parti à la place du courant Suqali sopi qu’ils avaient lancé l’année dernière. Dans un entretien accordé à Seneweb mardi, Me El Hadji Amadou Sall s’est inscrit dans la même logique en n’écartant pas l’hypothèse de travailler avec le président de la République. La même position a été déclinée lors d’un entretien avec Le Quotidien le 8 juin dernier. «Si Macky Sall nous demande de travailler avec lui, on va lui demander dans quelles conditions cela se fera. Pour l’instant, on ne va pas répondre à cette question. Si Macky Sall m’appelle, je lui dirai en premier lieu si je veux travailler avec lui. On lui dira nos conditions et si nous désirons travailler avec lui. Macky Sall ne m’a pas encore demandé et il n’a encore exprimé nulle part son désir de travailler avec nous. On ne spécule pas», a également dit l’ancien porte-parole du Pds.

«Je ne rejoindrai jamais le camp du Président Macky Sall»
Pourtant dans un passé récent, les déclarations de Babacar Gaye tranchent avec celles d’aujourd’hui. Mamoudou Ibra Kane lui avait posé la question suivante : «Etes-vous un potentiel transhumant ?» Babacar Gaye répond au cours de l’émission Grand Jury de la Rfm du 12 mars 2017 : «Jamais ! Je ne suis pas quelqu’un qui transhume. On ne dit jamais «jamais» en politique. Je ne rejoindrai jamais le camp du Président Macky Sall. Jamais, je ne quitterai le Pds pour Macky Sall. Par contre, je n’exclus pas, dans le cadre d’un accord programmatique, si les conditions actuelles changent, que mon parti et le parti de Macky Sall puissent s’entendre pour l’intérêt du Sénégal. En ce moment, ce ne sera pas moi mais le projet porté par mon parti que j’accompagnerai.» Et le journaliste avait glissé un «très bien, on verra bien». Passablement énervé par ce commentaire de M. Kane, Babacar Gaye revient à la charge : «Ah oui ! Vous pensez que ceux qui sont en face de vous sont de potentiels transhumants ? Je ne suis pas de ceux qui ont des convictions à géométrie variable. J’estime que j’ai un devoir de responsabilité vis-à-vis des Sénégalais qui m’écoutent et qui m’estiment beaucoup. Je m’en rends compte sur ma page Facebook. J’estime que je n’ai pas le droit de faire une erreur ou commettre une bêtise. Or, quitter son parti pour rejoindre le camp du pouvoir, c’est commettre une bêtise.» Donc, Babacar Gaye est-il en passe de «commettre une bêtise» en quittant l’opposition pour aller vers le pouvoir ?

Il qualifiait l’acte de Awa Ndiaye de «prostitution politique»
Au cours de sa sortie du lundi dernier, Babacar Gaye a, comme Moussa Sy et d’autres, tenté une redéfinition du mot «transhumant». Il dit : «Ce que vous appelez «transhumance», c’est le fait de combattre quelqu’un au plan politique. Vous allez aux élections, celui-ci en sort vainqueur et vous le rejoignez. Cela fait 8 ans que Macky Sall est au pouvoir. Nous étions dans un même parti. Le seul problème que nous avions avec lui était lié à l’affaire Karim Wade. Mais tous ceux qui étaient au Pds savent que nous n’avons jamais eu un problème personnel», expose l’ancien patron de la Fédération régionale du Pds à Kaffrine. Au cours du septennat du Président Macky Sall, Babacar Gaye s’est montré particulièrement critique contre les transhumants. En avril 2014, il avait exprimé son «mépris» et son «dégoût» sur Rfm, non sans qualifier de «prostitution politique» le départ de l’ancienne ministre Awa Ndiaye pour l’Apr. Ce fut la même position lors du ralliement de feu Djibo Kâ au camp présidentiel en août 2015. «La transhumance de Djibo Kâ ne surprend personne. Il est coutumier des faits. L’habitude est un handicap. Djibo connaît comment les Sénégalais rejettent la transhumance. C’est un acte répréhensible mais Djibo Kâ s’est assumé. De ce point de vue, on peut dire qu’il est honnête. Cependant, il y a des gens au Pds ou dans l’opposition qui travaillent pour Macky Sall. C’est ça qui est terrible», regrettait-il. Avant de charger Macky Sall dans l’émission Sen Show de Sen Tv. Babacar Gaye ajoutait d’ailleurs que le Président Sall n’était «pas dans une logique de construire le pays mais de pervertir les valeurs». Et il avertissait sur les conséquences de la transhumance. «Si les états-majors politiques ne combattent pas la transhumance en décourageant ceux qui tentent de souiller la pratique politique, les citoyens s’en chargeront eux-mêmes en sanctionnant négativement ceux qui l’encouragent ou en bénéficient. Macky Sall pourrait en être la prochaine victime», avait-il prédit en avril 2015 dans le journal Le Témoin. En attendant, il devrait garnir les rangs des prochaines «victimes» du président de l’Apr.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here