PARTAGER

Tanor avait très tôt choisi de faire de Macky Sall son candidat contre la volonté de Aïssata Tall Sall. Mais la députée-maire, éliminée de la course à la Présidentielle, a rejoint le Ps, en soutenant le candidat de Benno bokk yaakaar. Elle n’était pas attendue sur cette décision, surtout dans ce contexte.

«Osez transhumer !» Ceci peut être le nouveau slogan de Me Aïssata Tall Sall par opposition à son mouvement Osez l’avenir. En officialisant hier, lors d’une conférence de presse, à l’issue d’une Assemblée générale, son soutien au candidat Macky Sall, la députée maire de Podor ravale ses vomissements. Ousmane Tanor Dieng devrait rire sous cape en apprenant le ralliement au pouvoir de son ex-rivale pour le contrôle du Parti socialiste (Ps). Car Aïssata Tall Sall a mené le combat politique et juridique en dehors des instances du parti pour avoir le dessus sur l’actuel président du Haut conseil des collectivités territoriales. Une institution qu’elle a qualifiée de «sauterelle». Le Ps n’aura pas de candidat : Tanor et Aïssata sont d’accord grâce à Macky !
Depuis 2012, l’avocate est une critique acerbe du Secrétaire général du Ps et du régime. Elue députée Bby lors des Législatives de 2012, elle a depuis pris ses distances avec la coalition au pouvoir. Cette opposition est marquée par sa défiance à Ousmane Tanor Dieng pour le poste de Secrétaire général du Ps. Battue lors du Congrès de juin 2014, elle a déserté les instances du parti pour adopter une confrontation extérieure. Lors du référendum du 20 mars 2016, elle dénonce le «reniement» du Président Macky Sall sur le mandat et bat campagne pour le «Non», se démarquant de la ligne du Ps qui vote «Oui».

«Le Ps ne sera plus un comprimé à dissoudre dans le verre de Macky»
L’édile de Podor reprochait à Ousmane Tanor Dieng son allégeance à Macky Sall et la perte d’influence du parti phagocyté par l’Apr. «Le Parti socialiste ne sera plus un comprimé aspirine à dissoudre dans le verre de Macky Sall. Quelle que soit la situation, le Ps aura son candidat en 2019», déclarait-elle en avril 2016. Cette décision de soutenir Macky Sall semble marquer en même temps sa rupture avec Khalifa Sall. Ce dernier, qui menait avec elle (en ordre dispersé) la bataille pour avoir un candidat socialiste, se retrouve isolé. Pourtant le 30 juillet 2016, Aïssata Tall Sall et Khalifa Sall s’étaient donné la main pour «redorer le blason du Ps». Lors de ce meeting du Ps départemental de Dakar, Bamba Fall proposait même le ticket «Khalifa au Palais, Aïssata au Perchoir de l’Assemblée nationale».
Le député non-inscrit entre ainsi dans la mouvance présidentielle. Cette transhumance est le choix d’un autre avenir osé et, peut-être en pointillés. Comment pourra-t-elle s’asseoir à côté de Ousmane Tanor Dieng ? Comment pourra-t-elle défendre le parrainage et le Pse qu’elle a virulemment critiqués ? A-t-elle toujours le sentiment que Khalifa Sall est un «otage politique» ? Dans le rétroviseur politique, beaucoup de personnalités ont perdu de leur crédibilité en retournant leur veste. A 61 ans, Aïssata Tall Sall a-t-elle choisi sa retraite ?
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here