PARTAGER

Atteints de malformation du cœur, 7 enfants sénégalais se sont envolés vers l’Israël depuis hier pour se faire soigner grâce à l’ambassade de l’Etat hébreu au Sénégal.

Depuis hier, Israël a fait bénéficier à 7 enfants sénégalais de son expertise médicale. L’œuvre est de l’ambassade d’Israël à Dakar en collaboration avec l’organisation humanitaire «Save a children heart (Sach)» (Sauver le cœur d’un enfant) et l’hôpital d’enfants Albert Royer. En octobre 2017, une équipe de cardiologues israéliens est venue à Dakar consulter plus de 100 enfants malades au centre Albert Royer de Fann. Les enfants finalement sélectionnés souffrent pour la plupart des cardiopathies congénitales, des malformations du cœur survenant au cours de sa formation, pendant la vie intra-utérine.
D’après le Pr Amadou Lamine Fall, cette pathologie est attrapée par 8 enfants sur 1000 naissances. Si l’hôpital Albert Royer dispose d’un centre pour traiter ces cas, la plupart des patients sont envoyés à l’étranger pour absence de plateau technique médical. «Il y a beaucoup d’enfants qui ne peuvent pas être pris en charge à l’hôpital de Fann. Quand ils sont trop petits, le matériel qu’on utilise n’est pas disponible. Il faut au moins qu’ils aient 6 kg. Sinon, on ne peut pas les prendre en charge. On peut l’opérer mais en post opératoire, cela nécessite des drogues qui n’existent pas au Sénégal», a expliqué M. Fall, pédiatre et cardiologue à Albert Royer au cours d’une cérémonie à l’ambassade d’Israël. Pour la prise en charge, Sach informe qu’un enfant coûte plus de 15 000 dollars, soit 8 millions de francs Cfa.
De plus, la délégation partie en Israël composée de 13 membres, sera suivie par une infirmière. Cette dernière va servir de relais durant les voyages, pendant les opérations et lors de la période de convalescence. «Il est important de savoir qu’ils partent pour une longue durée établie entre 2 et 3 mois. Il est primordial pour Sach que les enfants aient un soutien moral en sus de l’opération chirurgicale car cela impacte la rapidité de leur rétablissement. Ils reviendront au Sénégal quand seulement ils seront capables d’assumer une vie normale», a déclaré Jeannie Harisson, chargée des projets spéciaux à l’ambassade d’Israël à Dakar.
bgdiop@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here