PARTAGER

Pour sa première participation au Festival international de jazz de Saint-Louis, le directeur général de la Bicis, Patrick Pitton, s’est dit «impressionné par Saint-Louis jazz, sa qualité, ses concerts et l’ambiance qu’il ajoute à la ville de Saint-Louis». Pour lui, «le festival a atteint sa vitesse de croisière et le temps est venu pour le faire porter par d’autres personnes que celles qui en ont eu l’initiative, mais qui, malgré leur volonté et leur engagement, doivent maintenant comprendre qu’il appartient à toute la ville de Saint-Louis». Cela ne veut pas dire que la Bnp Paribas veut diminuer son effort de contribution.
Il souligne toutefois que «l’enfant de 25 ans est devenu adulte et il faut qu’il soit repris avec ses partenaires traditionnels, mais aussi avec d’autres acteurs, car il faut nécessairement élargir, si on veut que le festival continue». Cela passe par la mise en service d’une ligne aérienne assurant la desserte de Saint-Louis et du même coup augmenter la notoriété de Saint-Louis à travers son festival de jazz. «Il n’est pas question d’arrêter notre collaboration actif avec le festival», a encore insisté M. Pitton.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here