PARTAGER

Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Oumar Guèye, a remis 435 moteurs hors-bords aux pêcheurs de Mbour et un lot de matériels aux mareyeuses.

Les activités de la pêche ont enclenché une dynamique de performances qui ont fait d’elle le premier poste d’exportation. Pour illustration, en 2016, le secteur a généré 204,43 milliards de francs Cfa, soit 14,63% de l’ensemble des recettes d’exportation du Sénégal. Pour maintenir ce cap, le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Oumar Guèye, était à Mbour samedi, pour remettre aux pêcheurs de ce département 435 moteurs hors-bords, ainsi que du matériel de manutention d’une valeur de 13 millions de francs Cfa aux mareyeuses spécialisées dans la commercialisation du poulpe. Ce lot de matériels est constitué de 100 bacs à vanne d’évacuation, 200 bassines, 100 paires de bottes, 200 paires de gants, d’autant de masques, 50 paquets de sacs en plastique, 100 tabliers en plastique. A en croire le ministre, avec ce matériel, les mareyeuses pourront améliorer la qualité du produit et faciliter son écoulement sur le marché international. Le poulpe, une ressource halieutique quasiment destinée à l’exportation, joue un rôle important de pourvoyeur de recettes pour les acteurs de la pêche artisanale. Il contribue également à l’amélioration de la rentabilité des unités de pêche et de certaines entreprises d’exportation. 2 987 tonnes de poulpe ont été débarquées à Mbour en 2016, une prise dont le coût est estimé à 4,5 milliards de francs Cfa.
Le parc de 3 275 pirogues du département de Mbour a produit 135 mille tonnes de poisson en 2016, une prise dont le coût est estimée à 49,2 milliards de francs Cfa, ce qui fait de cette zone l’un des principaux centres de pêche du pays, a précisé Oumar Guèye.
L’importante capture de poulpes a emmené le gouvernement à développer le projet d’aménagement durable des pêcheries du Sénégal, financé par l’Union européenne. Dans la même foulée, le ministre a demandé aux associations de pêcheurs du département de Mbour d’observer le repos biologique à chaque fois que c’est nécessaire pour permettre aux juvéniles d’atteindre le poids et la taille réglementaires.
M. Guèye a également déclaré que le marché central au poisson de Mbour sera construit en 2018. «Une vieille doléance qui sera satisfaite pour bientôt, mais également l’amélioration de la chaîne de froid avec les complexes frigorifiques – Mbour en aura un – et le renouvellement du parc des camions frigorifiques. Il y a aussi le financement des femmes avec la mise très prochainement de 2 milliards de francs Cfa pour les femmes transformatrices et de 2 milliards pour les acteurs de la pêche», a annoncé le ministre de la Pêche et de l’économie maritime.
abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here