PARTAGER

C’est un casse-tête pour trouver de l’eau dans la ville religieuse. Dans des quartiers comme Dianatou, Touba 28, Khaïra, entre autres, les populations étaient obligées de faire du porte-à-porte pour trouver le liquide précieux. Pis, nombre d’elles sont contraintes d’acheter de l’eau minérale pour faire au minimum leurs besoins. Un manque d’eau notoire que le directeur général de l’Office des forages ruraux (Ofor) tentera de minimiser, en invoquant l’affluence humaine qui a décuplé les besoins de la ville en eau. Pourtant, le porte-parole du khalife avait alerté sur les risques en demandant à l’Etat de prendre des mesures. Selon Seyni Ndao, «c’est difficile de satisfaire le besoin en eau avec cet évènement qui draine presque plus de 5 millions d’habitants. Mais aussi le réseau d’approvisionnement est vétuste», sans compter la pléthore de branchements hors norme. «Seuls 10 quartiers sont touchés par cette pénurie d’eau sur les 138 localités de la commune de Touba», fait-il remarquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here