PARTAGER

Les populations de Bargny sont sorties en masse mercredi dans la rue pour dénoncer la pénurie d’eau qui perdure dans leur localité. Brassards rouges, bidons et bassines vides sur lesquels les marcheurs ont tapé fortement produisant un vrai tintamarre pour se faire entendre. Malgré des retours sporadiques momentanés, les Bargnois vivent un véritable calvaire avec des robinets soufflant toujours de l’air à la place du liquide précieux. C’est ainsi qu’exaspérées par la situation, elles ont fait une procession du quartier Ndiol­mane à l’hôtel de ville en faisant un détour à la Sde pour étaler leur colère entre 15 et 17 heures.  «Macky Sall nous parle de Sénégal émergent mais il saura qu’ici à Bargny, ça ne marche pas. Nous l’attendons le jour des élections», s’est étranglée une dame, une bassine vide sur la tête. Ce sont les femmes, plus éprouvées par la situation, qui ont été en majorité présentes à la marche.  «Les propriétaires de charrettes dictent leur loi. Le bidon de 10 litres vendu à 300 francs, même le jour de la Korité, il n’y pas eu d’eau», a rétorqué une autre dame, décrétant dans la lancée «un non-paiement des factures» pour les mois à venir.  «Je suis militant de l’Apr mais avec ces conditions, il sera difficile de prétendre gagner ici à Bargny où les problèmes se suivent et se ressemblent», a témoigné un responsable sous le couvert de l’anonymat ayant participé à la marche.  «Les camions citernes appelés à la rescousse ne peuvent pas satisfaire les besoins en eau de la population ; les files sont interminables et les quantités servies minimes.  Tout ce que nous exigeons, c’est le retour dans les plus brefs de l’eau», a assuré pour sa part Adji Faye. La mairie n’a pas été épargnée par les protestataires. «La mairie n’a rien fait depuis que la situation s’est déclarée à Bargny. On ne les a ni vus ni entendus. Leur rôle est d’être présents à chaque fois qu’il y a un problème dans la localité», a poursuivi la dame. Santhioup Guédj, Gouye Daga, Ndiolmane, le cri est le même : de l’eau pour étancher une soif qui dure depuis presque une dizaine de jours.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here