PARTAGER

Khadim Ba, ex-Pca, accusé d’avoir envoyé de gros bras
pour empêcher la session
Le Dg Serigne Mboup fait constater par huissier l’incident
Le Ca se transporte au ministère du Pétrole

Mécontent d’avoir été éjecté du Conseil d’administration de la Sar, l’ancien Pca Khadim Ba a tenté d’empêcher par force la rencontre qui devait installer les nouveaux administrateurs. Cela, malgré une décision de justice qui lui était défavorable.

Une scène déconcertante s’est déroulée dans la matinée d’hier, au siège de la Société africaine de raffinage (Sar). Une bande de gros bras tentait d’empêcher la tenue d’une réunion du Conseil d’administration de l’entreprise. Des témoins présents ont raconté une scène inimaginable, avec des personnalités en costume-cravate ou en grand boubou, bousculés sans ménagement par des individus à peine présentables, qui tenaient à leur barrer l’entrée de la salle de réunion.
Faute de pouvoir s’entendre, malgré de nombreuses tentatives de concertation, le Directeur général de la Sar, M. Serigne Mboup, a fait venir un huissier pour constater la situation et attester de l’impossibilité de tenir cette réunion à cet endroit.
A la suite de quoi, tous les membres du conseil se sont déplacés au ministère du Pétrole et de l’énergie, où ils auraient fini de tenir leur réunion. C’est après qu’il a été établi que ces gros bras, qui ont créé ces perturbations, avaient été envoyés par l’ancien Pca, Khadim Ba qui, à la suite d’un conflit familial, a perdu la direction de son entreprise Locafrique, au profit de son père. Ce dernier, M. Amadou Ba, avait fait savoir avant cette session du Conseil d’administration, que Khadim Ba, ainsi que les autres administrateurs siégeant au nom de Locafrique, à savoir Samuel Sarr, Momat Sarr et Shayk Al Ghassem, ne pouvaient plus représenter cette entreprise.
Ces derniers se sont pourvus en justice auprès du Tribunal de commerce de Dakar, par une décision de référé, pour faire casser cette décision, et empêcher le remplacement de ces administrateurs par d’autres qui auraient été désignés par Amadou Ba. Ils demandaient également au Tribunal d’interdire la réunion du Conseil d’administration prévue hier jeudi.
Malheureusement pour eux, au cours d’une décision prise le mercredi dernier, le président du tribunal, le juge Malick Lamotte, a rejeté toutes leurs prétentions. Il a non seulement jugé qu’il n’y avait pas lieu de suspendre la tenue du Conseil d’administration, mais en plus, les personnes déchargées du conseil d’administration, à savoir Khadim Ba, Samuel Sarr et compagnie, ne pouvaient être rétablies au sein de cette enceinte. Cette décision qui les condamne aux dépens, n’a pas empêché les personnes citées, avec à leur tête Khadim Ba, de vouloir forcer les choses en leur faveur, en voulant empêcher le déroulement normal de la structure dirigeante de la Sar.
Des témoins de cette scène se sont demandés jusqu’à quand les autorités de l’Etat allaient laisser perdurer cette situation au sein de la Sar. On sait bien que toutes les rumeurs sur la situation financière de la Sar, et sa capacité d’assurer l’approvisionnement du pays en carburant et autres produits pétroliers, découlent du conflit familial qui oppose Khadim Ba à son géniteur Amadou Ba. Faute de régler leur conflit en famille, ces deux protagonistes essaient de solder leurs comptes au sein de leurs entreprises, dont Locafrique qui est l’un des plus importants actionnaires de la Sar. Quitte pour cela, à déstabiliser l’entreprise, et à travers elle, le pays.

1 COMMENTAIRE

  1. J arrive pas a comprendre comment un père de famille qui se définit responsable peut il essayer de trainer sa famille qui l a aide et soutenue dans la boue?Modou Ba n est que la pointe de l icebergs autres milliardaires que Khadim Ba dérange sont derrière toutes ces manipulations.Ils ont trouve un homme irresponsable(sinon il n aurait pas mis en crise sa famille a cause d une petite fille qui n a même pas encore l âge de son cadet),sans déontologie qui a bâti son empire dans l illégalité,a qui confie la sale besogne de nuire son propre enfant.En 2010 lorsque tu m avais propose une nouvelle collaboration professionnelle(j ai été son adjoint de 1990 a 1995 au Gie Keur Khadim),tu m avais dis que tu préparais ta retraite pour laisser les rennes a Khadim Ba,car tu étais fatigue et prenais de l âge,et que dorénavant tu ne travaillerais plus que la matinée,afin que ton fils prenne le relais.Malheureusement t avais change de position,alors j en avais déduit que c était la petite fille que t avais épousé entretemps qui t avait fait changer d avis, car les problèmes sont nes après que tu l ait épousé.S il est vrai que le GIE Keur Khadim était actionnaire de Carrefour Automobile,je connais l origine de ces fonds, car c est moi installe ta première comptabilité.J avais essayer de t extirper au secteur informel, peut être j y avais réussi a 70% parce que tu étais habitue a la corruption, et l illégalité,pour toi tout se règle avec des billets de banque ou des voitures.Modou Ba tu dois te résigner tu ne peux pas diriger la SAR,tu n as pas le minimum d instruction et Michel Borrelli si je me trompe étais un aide comptable,c est lui qui a pris ma place lorsque je t avais quitte.Et c est ce départ qui t a pousse a me haïr,mais Modou Ba avec les modiques salaires que tu payais tes employés,j imagine pas que tu pensais que j allais perdre mon temps avec toi.J étais le mieux paye du GIE Keur Khadim et j avais 75.000fcfa sans aucun avantages en tant que adjoint directeur,imaginez vous combien prenez les autres.Si je peux me permettre de te conseiller comme je l ai toujours fais et que t as toujours suivi mes conseils, je te dirais d approcher ta famille et de les soutenir, d arrêter tes conneries

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here