PARTAGER

Les leaders de l’opposition sénégalaise ne comptent pas lâcher le «dossier Petro-Tim» de sitôt. En témoignent les conclusions issues de leur conclave d’hier au siège du Grand parti. La conférence des leaders du Front pour la défense du Sénégal/Mankoo wattu Senegaal «condamne l’attitude de mépris du régime de Macky Sall dans (le) dossier du gaz et exige encore une fois la transparence dans tous les dossiers impliquant les ressources naturelles. Le Fds/Mws entend continuer la bataille politique et juridique pour la récupération des 30% (d’actions) spoliés par Timis corporation (dont 5% qu’elle aurait cédés à Bp) et la bonne gouvernance des ressources naturelles».
Le Fds/Mws a fini de constater, via un communiqué, que «Timis corporation a cédé 5% de ses parts à un moment où le retour au Sénégal et aux Sénégalais des 30% qu’elle détient est une exigence du Peuple». Ce qui pousse le coordonnateur de Manko wattu Senegaal, Mamadou Lamine Diallo, et ses alliés à souligner que «le gouvernement a renoncé à son droit de préemption sans donner la moindre explication aux Sénégalais, manifestant son mépris au droit à l’information du Peuple à qui appartiennent ses ressources naturelles».
Ces opposants soulèvent aussi une série de 8 questions sur lesquelles eux et «le Peuple sénégalais attendent les réponses du président de la République». Celles-ci vont des informations «erronées» du ministre de l’Energie relatives aux «capacités techniques et financières» de Petro-Tim limited et Petro Asia resources à «exécuter le contrat de recherche signé avec Petrosen dans son rapport de présentation des décrets que vous avez signés le 19 juin 2012» à la non-communication par le gouvernement au Peuple sénégalais de la «dernière transaction avec Bp». Et l’on retiendra dans ce chapelet d’interpellations les questions suivantes : «(…) Qui sont les actionnaires de Timis corporation ? Le président de la République était-il au courant du mandat délivré à son frère, le Sieur Aliou Sall, le 23 mai 2012 pour créer Petro-Tim Sénégal alors qu’un simple bureau de représentation aurait suffi selon l’article 48 du contrat de recherche ? Pourquoi le gouvernement a laissé faire ce montage de sociétés offshore en poupées russes ? Est-ce que le gouvernement a défendu au mieux les intérêts du Peuple sénégalais dans ce dossier ? (…)»
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here