PARTAGER

Le Sénégal est tout proche de signer avec la Chine un accord commercial de 60 milliards de francs Cfa pour la réalisation de la seconde phase du parc industriel de Diamniadio. Moustapha Diop, ministre de l’Industrie et des Pmi, l’a fait savoir hier, lors d’une visite sur le site. «Lors de notre visite en Chine il y a trois semaines, nous avons négocié avec les autorités chinoises pour un financement à hauteur de 60 milliards de francs Cfa. L’accord de principe nous a été donné, les offres techniques et financières ont été validées et dans quelques jours, nous allons signer le contrat commercial», a-t-il expliqué à propos de la seconde phase du projet. Il a par ailleurs annoncé la venue du président de la République de Chine au Sénégal le 21 juillet, qui marquera la matérialisation de l’accord entre les deux pays. «Le président de la République Macky Sall attend juste la venue prochaine du Président chinois pour signer le contrat pour le démarrage des travaux pour l’opérationnalisation de la seconde phase du parc industriel», a assuré le ministre au terme de sa visite des réalisations de la première phase du projet. «La première phase est bouclée pour un montant de 25 milliards de francs Cfa, financée sur fonds propres par le gouvernement du Sénégal. Cette phase comprend trois hangars de type A de 7 920 m2, un second hangar de type B de 3 600 m2 ainsi qu’un bâtiment administratif de 300 m2», a-t-il dressé, faisant savoir que «sept entreprises» se sont déjà installées dans le parc industriel. «Elles sont en train de monter leurs machines. Le recrutement a démarré. Il reste juste la mise en service et l’exploitation», a-t-il fait savoir à propos des unités déjà installées. Sewacard, une de ces entreprises visitées par le ministre et spécialisée dans la production de cartes bancaires, ambitionne, selon son directeur Ahmadou Tidiane Wane, de créer «1 500 emplois directs» et en même temps de «freiner les importations et de rapatrier les devises» consacrées à ce secteur. «Le marché des cartes bancaires est de 11 milliards pour le Sénégal», a-t-il relevé pour noter l’importance d’une unité de production locale.
Momath Ba, directeur de l’Agence d’aménagement et de promotion des sites industriels (Aprosi), a annoncé pour sa part le démarrage des essais la semaine prochaine pour une usine de textile qui va employer 2 200 personnes.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here