PARTAGER

L’exposition photographique «Parlement des femmes  en Afrique» s’est déroulée au Musée de la femme Henriette Bathily. Organisée par l’ambassade d’Espagne au Sénégal (Cultura Dakar) et l’Agence espagnole de coopération au développement (Aecid), elle s’est tenue avec la participation de photographes africains sur les droits des femmes et les questions de genre pour le renforcement du secteur culturel et sa contribution au développement. Cinquante-cinq fascinants et éducatifs tableaux ont été exposés au grand bonheur des visiteurs.

Un nouvel accent sur le statut des femmes photographes du continent commence à se dessiner. C’est l’avis de Mamadou Gomis, président de la Fédé­ration africaine sur l’art photographique (Faap), par ailleurs initiateur du projet  «Parlement des femmes  en Afrique», qui a débouché sur le vernissage d’une série de photographies  dont le thème porte sur «l’égalité, l’équité et le droit des femmes». Pour lui, les femmes ont un atout indéniable pour faire la photographie. «La gent féminine sait mieux choisir les couleurs. Ce sont les couleurs et le regard qui font la photographie», a dit Mamadou Gomis.  Cependant, «les femmes sont peu présentes dans ce secteur», constate-t-il. C’est pour cela qu’il a jugé nécessaire d’accompagner des femmes photographes pour renforcer le respect de l’image des femmes dans la société et contribuer à une meilleure compréhension du regard porté et touchant les droits des femmes. Ainsi, treize jeunes issus de différents pays d’Afrique questionnent à travers leurs œuvres, les mutations sur le genre, dévoilent leur engagement pour les droits des femmes à travers la photographie.  Au total, 55 tableaux ont été exposés au Musée de la femme. Un vernissage organisé par l’ambassade d’Espagne au Sénégal (Cultura Dakar) et l’Agence espagnole de coopération au développement (Aecid), qui a une portée symbolique et une réelle qualité esthétique. Il s’agit d’œuvres pour la défense des droits des femmes comme celle de Samuelle Paul Banga qui s’intéresse à la discrimination faite aux femmes dans les ménages. De même, Nana Marie Hélène Faye démontre les forces et les capacités de la femme dans le milieu professionnel.  Il y a aussi les photos de Catherine qui s’intéresse à l’âge de la puberté. Pour Mamadou Gomis, ce projet est pertinent dans la mesure où il  fait écho avec l’actualité des questions liées au genre dans le monde. En Afrique, en Europe, aux Amé­ri­ques, partout dans le monde, les droits des femmes connaissent des violations de toutes sortes.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here