PARTAGER

Depuis l’année 2015, le département français des Yvelines a noué un partenariat avec la commune de Kandia, dans le département de Vélingara au Sud du Sénégal. Le maire de cette commune, El Hadji Malick Dia (Apr) a reçu, lundi dernier, le président de son Conseil départemental, Pierre Bédier, accompagné par des conseillers départementaux. Il a visité, dans cette localité frontalière à la Gambie, un périmètre maraîcher d’un hectare au village de Médina Mary Cissé, financé par son institution à hauteur de 27 millions de francs Cfa. Un périmètre appartenant à l’Association pour le développement agricole dudit village.
A l’occasion de cette visite, en réponse aux doléances du représentant des jeunes, Mamadou Ndiaye, relatives au financement d’une réalisation similaire (un jardin maraîcher) au profit exclusif des jeunes pour les fixer au terroir, M. Bédier a dit : «De toute façon, migrer n’est plus du courage, c’est de la folie.» Et de s’expliquer : «C’est un double risque que vous prenez en tentant l’émigration. Soit vous restez en chemin ou quand vous arrivez, vous ne trouverez pas du travail. Les opportunités de travail qui se présentaient à vos aînés, n’existent plus en Europe. L’Europe est en crise.» Puis d’indiquer la voie de la coopération décentralisée. Il ajoute : «A chaque fois que je viens en Afrique, je viens avec des amis pour aider à trouver des partenaires. Nous cherchons à intéresser de nouveaux partenaires pour nos amis d’Afrique. Parce que nous considérons que l’Europe a le devoir de rendre à l’Afrique ce que l’Afrique lui a donné.»
Hormis le périmètre maraîcher, les hôtes français de Kandia ont visité le poste de santé du village, de même que le collège d’enseignement moyen. Les responsables des deux structures ont présenté leurs services, tout en indiquant les axes possibles de collaboration pour le bien-être des populations en matière de santé et d’éducation.

Lutte contre la précarité
Le périmètre maraîcher du village de Médina Mary Cissé, financé à hauteur de 27 millions francs par le Conseil départemental des Yvelines en France, comporte une clôture, un forage équipé d’une pompe solaire et d’un système d’alimentation en eau de bassins disposés à différents endroits de cette surface d’un hectare. Au départ, un technicien agricole était recruté pour l’encadrement des 34 femmes qui y travaillent à leur compte personnel. L’argent des français a également aidé à acheter tous les intrants et matériel agricoles nécessaires.
«Les productions maraîchères ont permis non seulement d’équilibrer notre alimentation, mais aussi elles ont permis de trouver régulièrement de petits revenus pour l’achat des fournitures scolaires de nos enfants, les frais médicaux et de passer de bonnes fêtes religieuses en famille», a renseigné Adama Sognane, secrétaire générale de l’association.
Le maire de Kandia, El Hadji Malick Dia, s’est dit très honoré par la visite de «ces honorables autorités qui ont bravé soleil et poussière». Il a rendu compte des doléances des femmes qui souhaitent avoir une rallonge pour installer un système de goutte à goutte pour l’arrosage des plantes, le recrutement d’un technicien pour l’encadrement de celles-ci et la mise en place d’un projet avicole.
M. Bédier a répondu avoir pris bonne note et que de toute façon, ce qu’il a vu dans ce village était encourageant et qu’il est possible de poursuivre d’autres aventures communes.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here