PARTAGER

Tanor invite ses camarades socialistes et de Bby à laisser Manko taxawu senegaal «parloter». Allusion au rassemblement de cette coalition de l’opposition qui a fait le procès du régime de Macky Sall, vendredi, sur le boulevard Général de Gaulle.

Le secrétaire général du Parti socialiste a effectué hier une visite de proximité chez les responsables de son parti à Pikine. Ousmane Tanor Dieng leur a indiqué que l’heure est venue pour ses camarades et leurs alliés de Benno bokk yaakaar (Bby) de remobiliser les  troupes en direction des Légis­latives. «Nous avons été toujours ensemble pour gagner les élections précédentes. Donc, tous, vous devez vous donner la main pour gagner, quelles que soient les investitures. Et le 30 juillet, s’il plaît à Dieu, la vérité éclatera pour ceux qui parlent toujours dans le vide», a-t-il déclaré, faisant allusion aux opposants. Le patron des Socialistes estime, en effet, que «le Président Macky Sall a un bilan incontestable» qui doit lui permettre de convaincre les électeurs. «Il faut qu’on travaille à lui donner un deuxième mandat», insiste-t-il. C’est aussi un Tanor qui n’a pas raté l’opposition, regroupée au sein de Manko taxawu senegaal qui s’était rassemblée vendredi dernier au boulevard Général de Gaulle. Aux leaders de cette coalition, il dit : «Ceux-là dont je ne veux même pas parler, Manko… je ne sais quoi encore, on a qu’à les laisser parloter. Il ne faut pas se laisser distraire pour ces gens-là. Continuez le travail de sensibilisation pour avoir la majorité !»
Tanor ne s’est pas rendu à Pikine pour rien. C’est tout de même un département à sièges et qui sera aussi déterminant que Dakar qui en compte 7. Sous ce rapport, il rappelle : «Pikine est un département à enjeu, à côté du département de Dakar et de Mbacké. J’ai demandé à mes camarades d’être unis, mais également de procéder à des visites de proximité. Nous devons faciliter la tâche au chef de l’Etat. Mais s’il y a des divisions à la base, cela va créer des problèmes. Et aujourd’hui, mes camardes de Benno bokk yaakaar que j’ai trouvés ici me rassurent.»
Par ailleurs, interpellé sur sa déclaration de patrimoine en tant que président du Haut conseil des collectivités territoriales, Ousmane Tanor Dieng n’a pas voulu en parler. «Ceux qui en parlent ne savent si je l’ai faite ou pas. Allez demander à l’organe qui s’en charge !», a-t-il dit. Un renvoi à l’Ofnac.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here