PARTAGER

Assane Mbacké de la Coalition gagnante­/Wattu senegaal et Mor Lô de Benno bokk yaakaar ont été envoyés en prison hier pour saccage de bureaux de vote à Touba le jour du scrutin. Ils seront jugés en flagrant délit jeudi prochain.

Assane Mbacké de la Coalition gagnante/Wattu senegaal et Mor Lô de Benno bokk yaakaar ont été placés sous mandat de dépôt hier pour saccage de bureaux, menace, destruction de biens appartenant à autrui. Ce, après avoir été entendus par le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Diourbel. Tous les deux seront jugés en flagrant délit jeudi prochain. Le premier nommé sera défendu par un pool d’avocats composé, entre autres, de Mes El Hadji Amadou Sall, El Hadji Diouf et Adama Fall. «Serigne Assane Mbacké n’a aucune responsabilité dans les faits qui se sont produits au centre de vote Cheikh Abdoul Ahad Mbacké. Nous n’avons pas peur, nous sommes à l’aise pour plaider ce dossier. Nous serons là à l’audience des flagrants délits jeudi pour plaider cette affaire qui n’a aucun sens. Je me demande quelque part si on ne veut pas humilier Serigne Assane Mbacké parce qu’il demeure un militant convaincu du Pds, mais il n’a absolument rien à se reprocher», souligne Me Diouf.
Selon lui, son client devrait plutôt être félicité. «Lorsqu’il avertissait l’administration, il n’était pas dans ce centre de vote qui avait été déjà saccagé. Il y avait les bulletins de vote du Président Abdoulaye Wade et de sa coalition qui manquaient  et c’était pour éviter qu’il y ait effectivement problème qu’il avait averti. C’est pourquoi d’ailleurs on a rectifié  pour aller chercher les bulletins et permettre la poursuite du vote dans certains centres de vote à Touba. Donc, c’est Serigne Assane Mbacké qui a sauvé le scrutin à Touba. Selon le procureur, sa mise en liberté provisoire pourrait créer des troubles à l’ordre public. Nous pensons le contraire, c’est le mettre en prison  qui pourrait troubler l’ordre  public», a dit Me Diouf.
A sa suite, l’avocat de Mor Lô estime que cette affaire aurait pu aller en instruction. «Heureuse­ment, Monsieur le procureur a pris la décision de l’amener en audience de flagrant délit», a dit Me Abdoulaye Babou. L’avocat de Bby de poursuivre : «J’ai rappelé à Monsieur le procureur que dans ce dossier, il y a deux frères Bara Dolly, Abdou et Cheikh, qui ont été cités. Et je lui ai demandé ce qu’il ferait pour eux. Il m’a répondu qu’il n’entend pas les poursuivre.»
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here