PARTAGER

Après 5 ans d’absence sur la scène musicale, Abdou Guité Seck revient avec Ndioukeul sur le marché musical, au grand bonheur des mélomanes et de ses fans.
Composés de 7 titres, l’album est, selon l’artiste, le fruit d’un travail de longue haleine. Car, dit-il, ayant été produit contre vents et marrées. Mais n’empêche,  poursuit-il, il a été concocté à travers un message responsable mais aussi agréable à écouter.
Pour le lead-vocal du groupe Evolution, l’approche privilégiée dans sa conception de cet album repose sur la diversité. C’est pour cette raison, il a voulu toucher toutes les facettes de la culture à travers différentes langues telles que le wolof, le français, le halpulaar, le khassania, entre autres.
Selon Abdou Guité, il est d’une importance capitale d’interroger ses mélodies, ses arrangements et ses textes afin de saisir la substance de son slogan : «Danse ma musique écoute mes paroles.» «Je cherche toujours à ce que mes chansons ne soient pas des paroles vulgaires de communication mais un moyen de voir, d’entendre, de sentir et de ressentir le monde», a-t-il déclaré.
L’artiste, qui estime le coût de son produit à 15 millions de francs Cfa, craint le piratage. Ainsi, il exhorte l’Etat à sauver  la culture en général et l’industrie musicale en particulier.
Dans la première chanson de l’album, Thioukoulel, le natif de Saint-Louis chante les enfants. Il fait la plaidoirie aux enfants qu’il estime être l’espoir de de­main.  C’est pourquoi, à son avis, il faudra mieux lui donner ses droits pour qu’il puisse remplir ses devoirs.
Dans le deuxième morceau, Ya Woni, l’artiste fait un clin d’œil au Peuple mauritanien. Abdou Guité met en exergue ainsi un mari reconnaissant envers sa femme et qui, à travers son comportement exemplaire, lui rend hommage.
Avec Ndioukeul, Abdou Guité Seck rend hommage à toutes les personnes qui l’ont soutenu pour surmonter toutes les difficultés auxquelles il était confronté.
Le développement de l’Afrique préoccupe l’artiste. Aussi, invite-t-il, à travers le titre «Africa», les Africains à se réveiller et se mettre au travail pour assurer le développement de l’Afrique. Pour lui, il n’est pas question que l’image de l’Afrique soit collée à la guerre, à la pauvreté, à la mauvaise gestion des ressources, etc.
C’est avec Seen dom que Abdou Guité Seck  a choisi de rendre un hommage à de dignes fils du pays, entre autres, les Saint-louisiens, Awa Ndiaye, Lome, Golbert Diagne et Ndoumbé Sow, mais aussi ses amis et frères comme Modou Khoulé et Mounzir Ndiaye.
A en croire le musicien, le morceau Thiono Adouna est repris à la demande de ses inconditionnels «les Guité clubs». Le caractère insaisissable de la vie, jalonnée parfois de bonheur et de malheur, y est mis en exergue.
Avec l’avant-dernier titre Hypocrisie, l’artiste s’adresse aux briseurs de ménages et aux vendeurs de rêves qui ne respectent pas leurs promesses.
Choisi en février 2013 parmi les lauréats du prix citoyen modèle au Sénégal, Abdou Guité juge nécessaire de poursuivre son engagement par l’action citoyenne. Ainsi, le titre Mbalit mi sensibilise sur les ordures qui polluent l’environnement. D’où l’invite faite aux populations à rendre propre le pays et à adopter un bon comportement.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here