PARTAGER

La cérémonie officielle de lancement de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement qu’a abritée la région de Tambacounda a été riche en couleurs. En présence des différents acteurs qui tournent autour de l’environnement et aussi des autorités administratives, locales et coutumières, Abdoulaye Bibi Baldé, ministre de l’Environnement et du développement durable, en a profité pour appeler à une véritable prise de conscience relative aux questions environnementales. Pour lui, cette journée ne doit pas seulement être une de plus, mais elle doit constituer une occasion de sensibiliser et surtout de renforcer la responsabilité humaine dans la protection de l’environnement.

Le ministre de l’Environ­nement veut une réelle implication des populations dans la protection de l’environnement. En marge de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement dont le pays organise le lancement à Tambacounda, Abdoulaye Baldé a profité de la présence nombreuse de tous les acteurs et des différentes autorités de la région pour lancer un appel à une protection de l’environnement. Sachant que par endroits la nature souffre, il a exhorté les uns et les autres à une véritable prise de conscience. «Cette journée doit servir de déclic et inviter tout le monde à apporter du sien dans la protection de la nature.» D’ailleurs, poursuit-il, «le thème de cette année est assez évocateur : ‘’Rapprocher les populations de la nature’’, avec comme slogan aussi ‘’Je suis pour la nature’’, cela doit nous pousser à davantage réfléchir à une interrelation entre l’homme et la nature», exhorte-t-il. «De même, le thème nous invite à communier avec la nature, d’en apprécier la beauté et l’importance, mais surtout répondre à l’appel lancé par la communauté internationale pour la protection de la terre que nous partageons dans un monde de plus en plus urbanisé». Toutefois, constate amer le ministre, «la croissance démographique entraînant la pression urbaine a tendance à étouffer la nature, voire à la faire disparaître ; ce qui est particulièrement visible à Dakar, alors qu’elle est indispensable, à notre vie, à notre santé, à notre bien-être. C’est pourquoi, ce thème est un cri du cœur pour nous amener à mieux considérer la nature et à en faire un atout plutôt que de la détruire».
Pour justifier le choix des régions de Tamba et Kédougou pour abriter le lancement, le ministre énumère les spécificités environnementales des deux régions parmi lesquelles la beauté des chutes d’eau de Dindéfélo, la problématique partagée de l’utilisation du mercure dans les sites d’orpaillage à Kédougou et à Tambacounda, la sauvegarde du parc national de Niokolo Koba, la gestion durable de la forêt de Nettéboulou, entre autres spécificités. «Nous nous réjouissons de commémorer cette journée dans le Sénégal oriental, plus particulièrement dans la région de Tamba­coun­da», dit Abdoulaye Bibi Baldé.

Une perte annuelle d’environ 40 mille ha
Selon le ministre de l’Environnement, «le quatrième rapport sur les perspectives mondiales de la diversité biologique montre que, sur la base des tendances actuelles, les pressions sur les écosystèmes continuent de s’accroître et que la biodiversité poursuivra son déclin. Par exemple, les moteurs associés à l’agriculture sont à l’origine de 70% des pertes projetées sur la biodiversité terrestre». «Le Sénégal, comme les autres pays, est également menacé», avertit-il. A titre d’illustration, «les superficies forestières sont passées de 9,7 millions d’hectares en 2005 à 8,5 millions d’hectares en 2010, selon la Fao, soit une perte annuelle d’environ 40 mille ha». «Nous exploitons à un rythme immodéré les ressources naturelles que nous avons la responsabilité de préserver pour les générations futures», se désole Bibi Baldé. C’est pourquoi des projets tels que le Progede, dont les réalisations ont été visitées avec la forêt aménagée de Nettéboulou, sont à soutenir. Toutefois, avant de terminer, le ministre a tenu à indiquer : «Malgré toutes les difficultés rencontrées dans la lutte et la préservation de la nature, nous avons l’obligation de préservation les richesses que celle-ci nous a gratifiées pour les générations futures.»
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here